Avertir le modérateur

Autoentrepreneur : la fin du travail au noir ?

22/12/2008

Par Marlène Schiappa

Sans titre.jpg

Le 1er janvier prochain, le statut d’autoentrepreneur entrera en vigueur. Selon Hervé Novelli, secrétaire d’Etat aux PME, pas moins de 400 000 nouvelles entreprises pourraient ainsi émerger ! En effet, on pourra devenir autoentrepreneur avec un simple clic sur Internet : terminés les dépôts de statuts aux Chambres de Commerce, les longues files d’attente et les documents à photocopier en 17 exemplaires chacun… Les entreprises d’économie grise, légales mais pratiquées illégalement, pourraient donc sortir du bois : une fiscalité avantageuse, des formalités réduites : comme si l’autoentrepreneur avait été créé pour légaliser le travail au noir !

Lire la suite

La charia au secours de la finance française

15/12/2008

Par Chaker Nouri

605247.jpgPour « moraliser » la finance et relancer l’économie française, Christine Lagarde, ministre des Finances, prêche pour la création de banques islamiques. En temps de crise, on est moins regardant sur la laïcité…

« Nous souhaitons faire de Paris une place plus attractive pour la finance islamique, surtout dans ce contexte de crise, d’excès de crédits, de volatilité et de cupidité. »*Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’auteur de cette phrase n’est pas le représentant d’un fond d’investissement saoudien. C’est juste notre ministre des Finances, Christine Lagarde qui le 26 novembre 2008, lors du 2e Forum français de la Finance islamique, a milité pour une intégration rapide de la finance islamique sur la place de Paris. Étonnant non ! Pas tant que cela…

Lire la suite

Natixis, grosse banqueroute pour petits porteurs

08/12/2008

Par Chaker Nouri

2931634595_6923c13e9a_o.jpg

De nombreux petits épargnants de banlieue ont acheté des actions Natixis, présentées comme des placements sûrs et profitables. Aujourd’hui, la banque d’investissement fait l’objet d’enquêtes par l’Autorité des marchés financiers et l’action a perdu l’intégralité de sa valeur. Comme pour les crédits revolving, les moins informés sont les plus lésés

Lire la suite

Crédit revolving : un prêt pas très net !

05/12/2008

Par Chaker Nouri

282051755_71502d53cc_m.jpgDe l’argent disponible tout de suite et sans garanties : voilà ce que proposent ces crédits à la consommation. En banlieue, de surcroît en période de crise, c’est tentant. Mais attention au piège ! Chaker, qui n’a pas travaillé pour rien dans la finance, met en garde les proies faciles

« Allo, M. Nouri ? C’est votre conseiller financier. Je vous appelle pour vous faire une offre ex-cep-tion-nelle ! » En cette période de crise financière, je trouve assez étonnant que mon banquier puisse encore me faire profiter de « bons plans ». Mais laissons-le poursuivre : « Actuellement, nous offrons à nos très bons clients une réserve de crédit permanent, rattachée à une carte de paiement et de retrait et, tenez-vous bien, tous cela gratuitement ! » En d’autres termes, ce qu’on me propose, ce n’est pas de l’« argent gratuit » mais un « crédit revolving ». Si tout le monde s’est déjà vu proposer une telle offre, que ce soit en grande surface, par le biais d’organismes de prêt ou de sa banque, il est plus de plus en plus tentant de recourir à un prêt à la consommation. Mais de quoi s’agit-il exactement ?

Lire la suite

L’immobilier de banlieue, flingué par la crise

03/12/2008

Par Élisa Mignot

IMG_4560.JPG

Alors qu’aux États-Unis, des milliers de familles surendettées sont contraintes de quitter leur maison, avons nous une crise des suprimes dans les banlieues françaises ? Qui sont les premiers touchés ? Qui en profite ?

« Non, nous ne sommes pas dans la même situation que les États-Unis, déclare d’emblée Kamel Yahiaoui, les banques ont été plus sérieuses en France, elles n’ont pas financé de personnes trop endettées. » Le directeur d’une agence immobilière de Bondy explique que la tradition dans l’hexagone est au crédit à taux fixe plutôt que variable [ce qu’on appelle le « crédit revolving », pratique sur laquelle nous allons revenir prochainement avec une enquête]. Les mensualités des emprunteurs ne vont donc pas doubler ou tripler comme outre-Atlantique. « Ici, en fait, on est bien », souffle-t-il, comme pour se rassurer. Car Kamel Yahioui est tout de même assez inquiet.

Lire la suite

Les Tanguy des banlieues

01/12/2008

Par Marlène Schiapppa

tanguygr.jpg

Le film d’Etienne Chatillez a connu un franc succès au cinéma et encore hier soir sur TF1. Le pitch ? « Il a 28 ans et il habite toujours chez ses parents. » Un scénario qui renvoie de nombreux banlieusards à leur propre histoire...

Vivre chez ses parents jusqu’au mariage ou presque, c’est une tradition en banlieues. Selon l’INSEE, 44% des jeunes âgés de 18 à 29 ans vivent toujours chez leurs parents. Un chiffre qui semble augmenter de manière exponentielle en banlieue... Une étude sur la cible marketing des jeunes de banlieues du site Dyn-com le confirme : sur le 1,7 million de jeunes de moins de 25 ans qui vit en banlieue, « La plupart (vivent) chez leurs parents subviennent à leurs besoins primaires. Ils consacrent, ainsi, la majeure partie de leur budget aux dépenses de loisirs et d’habillement ».

Lire la suite

L’Aïd el-Kebir, combien ça coûte?

26/11/2008

Par Zineb Mirad

2132566352_bc94a29b8e.jpgL’Aïd el-Kebir (7 ou 8 décembre) est la plus grande fête de l’année pour les familles musulmanes. Reste que son coût peut être conséquent. Alors, sacrifice du mouton ou du porte-monnaie ?

Une chose que je n’ai toujours pas comprise, c’est pourquoi tout le monde parle de la fête de l’Aid el-Kebir comme « la fête du mouton » ? Fait-on référence à l’expression « ça va être ta fête » ? Ou est ce qu’il y a encore des gens qui croient que lors de cette journée, on fait la fête avec un mouton ? J’espère pas !

Lire la suite

Les zones franches urbaines : Bien, mais peut mieux faire

24/11/2008

Par Alexandra Turpin

P1010035.JPG

Si le Rapport 2008 de l’Observatoire national des zones urbaines sensibles salue l’efficacité du dispositif, attention toutefois : même les zones franches n’échappent pas aux effets pervers ! Alexandra a mené l’enquête

Avant tout, une zone franche urbaine qu’est-ce que c’est ? C’est un quartier de plus de 8 500 habitants considéré comme particulièrement défavorisé. Les petites entreprises (moins de 50 salariés) qui s’y implantent ne paient pas d’impôts ni de charges sociales pendant cinq ans. Elles bénéficient ensuite de réductions pendant les années suivantes. À une condition : un employé sur trois doit venir de quartiers sensibles. Or, les entreprises se déplacent souvent avec leurs employés, mais ne recrutent pas sur place…

Lire la suite

Sale coup pour les banlieues : les zones franches urbaines poignardées dans le dos

Par Élisa Mignot

slide1.jpgLe régime des ZFU a été modifié en douce la semaine dernière à l’Assemblée nationale. 45 000 entreprises sont concernées en France. Scandalisés, des chefs d’entreprises se mobilisent. Le Business Bondy Blog, lui, mène l’enquête et publiera, cet après-midi, un bilan de ces ZFU à l’efficacité parfois controversée.

À l’Assemblée Nationale, en ce moment, on vote matin, midi et soir. Les députés débattent sur les centaines d’articles proposés par le gouvernement dans le Projet de loi de finances pour 2009, autrement dit le budget de l’État pour l’année prochaine. Et quelle ne fut pas la surprise de Sylvie Durand, chef d’entreprise à Clichy-sous-Bois, quand elle découvrit dans une revue spécialisée qu’un article modifiant le régime d’exonération dont bénéficient les Zones franches urbaines (ZFU) avait été voté, en toute discrétion, la semaine dernière.

Lire la suite

La vérité sur l’ACCRE

21/11/2008

Par Marlène Schiappa

Sans titre.jpg

Certains spécialistes déconseillent aux entrepreneurs de tenter d’obtenir les avantages de l’ACCRE. Le temps d’un entrepreneur étant précieux, il vaut mieux démarcher des clients plutôt que de remplir des formulaires fastidieux

L’ACCRE est le dispositif public le plus connu d’aide à la création d’entreprise. L’Aide aux Chômeurs Créateurs et Repreneurs d’Entreprise a, en théorie, tout pour plaire, à commencer par une exonération de charges.

Lire la suite

« Mon mari est policier mais je travaille au noir »

06/11/2008

Par Marlène Schiappa

Panier.jpgMais comment font les autres pour gérer leur budget ? Patrice est « flic ». Lui et sa femme ont accepté de nous ouvrir leurs comptes. Le Business Bondy Blog passe au crible les entrées et les sorties de cette famille de Sevran

Comme tout policier, Patrice D. se plie à des horaires de travail fluctuants. Heureusement, sa femme Lara, vive et toujours de bonne humeur, a de l’énergie à revendre : il en faut, pour élever trois garçons turbulents de 1, 4 et 6 ans. À la naissance du dernier, elle a décidé de faire une pause dans son travail de vendeuse pour prendre un congé parental d’éducation. Jusqu’en juillet 2010, elle touche donc 810 € par mois, si on cumule l’allocation de congé parental (400 € environ), l’allocation jeune enfant (170 €) et les allocations familiales et de logement.

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu