Avertir le modérateur

« Marchés de gré à gré, les copains d'abord? | Page d'accueil | Le 9-3 attire les riches... »

Racaille, millionnaire, philanthrope

09/09/2009

Par Serge Michel. Photos: Paolo Woods

 

194rodolfpedro.jpg

Singulier destin que celui Rodolphe Pedro, né en Suisse puis élevé dans les banlieues françaises, renvoyé de l’école à 16 ans et porteur aujourd’hui d’un projet d’université de la finance dans les quartiers, qui ouvre jeudi à Lyon. Sa société de conseil en patrimoine est la première en France, avec 105 collaborateurs. 80% sont issus de l’immigration, 90% n’ont pas de diplôme.

 

« Vous dites que personne ne vous a donné la chance de montrer de quoi vous êtes capables. Je vais vous prendre au mot. Vous pourrez accéder à un métier soi-disant réservé à une élite. Une élite qui ne pense qu’à se protéger en gardant les meilleures places. Mais le ciment de chaque réussite, c’est le travail. Que vous soyez de Guinée ou d’Algérie, diplômé ou pas, vous êtes bienvenus. Je suis au delà de ça. Mais faut se lever tôt. Vous êtes prêts ? »


L’homme qui s’exprime ainsi devant un parterre très bigarré s’appelle Rodolphe Pedro et a connu un destin singulier, si destin est le mot qui convient pour un personnage qui a tant lutté contre la fatalité. Né en Suisse au début des années 1970, il y vit sept ans d’insouciance avant de se retrouver en banlieue parisienne où son père, un Pied noir chassé à l’indépendance algérienne, éducateur de son état, a décidé de s’installer à la suite d’une controverse avec son patron. A l’école, l’enfant n’en mène pas large. Son accent vaudois le désigne à la vindicte de camarades diablement plus aguerris. Pas besoin d’être bronzé pour être étranger…

Lassé de prendre des coups, Rodolphe se met à les rendre, au détriment de ses résultats en classe. De petite victime le voilà petit caïd, petit délinquant même dira le directeur aux parents qui s’affolent et déménagent à nouveau, dans la banlieue de Lyon. Rien pourtant ne va enrayer une décennie d’échec scolaire. A 16 ans, Rodolphe est définitivement éjecté par l’école de la République. Il commence alors sa longue aventure dans les affaires par le commerce de voitures en Afrique, puis investit ses gains dans la production d’étuis de lunettes en Pologne. A 21 ans, il achète à Clermont Ferrant une usine de fabrication d’étuis à lunettes en difficulté financière, mais ne parviendra pas à redresser la barre et fait faillite.

« On va travailler votre présentation, surtout face aux gens habitués à votre instabilité », poursuit Rodolphe Pedro à ses élèves. « Ca fait déjà quatre fois que tu viens me voir et quatre fois que t’avais un boulot ! T’as été viré, t’as fait une garde à vue et tu viens me dire que t’es conseiller financier ? » Ils doivent comprendre que ce n’est pas votre énième petit boulot. Conseiller en patrimoine, c’est peut-être le métier de votre vie ! »

Rodolphe Pedro met six mois à remonter une entreprise de spectacle à Lyon. Qui cartonne jusqu’à ce qu’une dénonciation infâmante le fasse tomber dans l’enfer de la justice française. Il finira par sortir blanchi. « Qui tu es, d’où tu viens. Tout est là. La France, c’est encore la monarchie, les castes, les codes. Et personne ne se demande pourquoi ce sont toujours les mêmes en prison. Fils de chômeurs, en échec scolaire. Pourquoi il n’y a plus de mobilité sociale ? Même pas 1% de fils de prolos dans les grandes écoles ! Je ne veux pas les excuser, mais c’est quoi leurs perspectives ?

Il fonde alors en 1997 la Compagnie française de Conseil et d’Investissement (CFCI). Les six premières années, il travaille comme un forcené, seul avec Sonia, sa compagne d’origine marocaine, mère aujourd’hui de ses quatre filles. La CFCI est désormais la première société indépendante de conseil en patrimoine en France, un milliard d’euros sous gestion et 105 collaborateurs à Lyon, Paris, Marseille et Ferney-Voltaire, à côté de Genève. Parmi eux, 80% sont beurs ou black et 90% n’ont pas de diplôme. En moyenne, ils gèrent un encours de 3 millions d’euros et gagnent 3500 euros par mois. Rodolphe Pedro, devenu millionnaire, assure une partie des six mois de formation. Dès la troisième semaine, les nouvelles recrues doivent apporter une affaire. Il leur suffit de vendre un des contrats de capitalisation que la CFCI conçoit elle-même et qui sont hébergés au Crédit Mutuel, Dexia ou HSBC. La société ouvre un nouveau bureau tous les trimestres et va doubler ses effectifs.

« Le plus dur c’est pas la formation, tout le monde peut devenir conseiller en patrimoine. C’est de lutter contre soi, se dépasser », dit Nassim Boughanmi. Ce garçon de 30 ans livrait des cuisines quand il a rencontré Rodolphe Pedro. Il dirige aujourd’hui 38 collaborateurs à Paris. « Je n’avais jamais imaginé que j’allais vivre tout ça, dîner au Bristol, aller à Miami. On me dit t’es une exception, t’es un gagnant : c’est pas vrai. J’aurais pu rester à 1000 euros toute ma vie. Un alcoolique doit arrêter de boire. C’est super dur. Même chose pour les banlieues, faut arrêter de rouiller. Il y a des pépites plein nos quartiers. »

Les statistiques françaises estiment que 150’000 jeunes sortent chaque année sans diplôme du système éducatif, dont les deux tiers se retrouvent au chômage. De son côté, l’enquête « Besoins en Main d’œuvre 2008 » indique que les banques et assurances ont 50’000 intentions d’embauche. La moitié sont difficiles à pourvoir, faute de candidats. Par ailleurs, la France compte 5'000 conseillers en gestion de patrimoine indépendants contre 40’000 en Grande-Bretagne et 35’000 en Italie.

« J’ai formé 200 jeunes à la CFCI. Je peux pas sauver tout le monde ! » Rodolphe Pedro lance donc « UniFin », une université de la finance en banlieue. Une université mobile, qui peut créer 10'000 emplois dans les quartiers et favoriser l’épargne populaire. Pour trouver le soutien nécessaire au projet, il a déjà vu la moitié du gouvernement Sarkozy. L’accueil est enthousiaste, mais tarde à se concrétiser. « Peut-être faut-il attendre les élections », sourit-il. Lui, tempérament de lutteur comme son frère Richard, champion du monde de full-contact qui habite à Lausanne, n’attendra pas. Il s’allie à l’école supérieure de commerce de Lyon, l’IDRAC, et finance de sa poche la première session, gratuite pour les participants, qui démarre à la mi septembre. Inscriptions ici. « Les fonctionnaires sont des tordus. Je leur dis rassurez-vous. Je suis domicilié en Suisse. J’ai fait mon oseille avant de vouloir aider les autres. J’ai un chalet à Nendaz, la plus belle voiture du marché et mes gamines sont toutes à l’école privée. Et c’est pas vous qui me l’avez donné, c’est mon travail. Si je veux retourner dans les quartiers, c’est que j’ai du mal à dormir. Je n’ai pas oublié d’où je venais. J’imagine que vous, vous dormez bien ? »

676rodolfpedro.jpg

19:31 Publié dans CAC 93 | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : rodolphe pedro, suisse

Commentaires

Chapeau l'artiste

Écrit par : seb | 11/09/2009

Amis instituteurs, pourquoi ne pas faire lire cette page à vos élèves ?

Jérôme

Écrit par : Ici ou Ailleurs | 12/09/2009

Je viens de commencer à lire "La Domination Masculine" de Bourdieu. Je n'en suis qu'au début et je ne comprend pas tout. Mais quand je lis des choses du genre "mère aujourd’hui de ses quatre filles", je me dis qu'il a bien raison. Cette domination est tellement ancrée dans notre société et dans l'inconscient de chacun qu'on utilise tous des formules lourdes de sens : sa compagne est présentée comme mère, mais les filles sont les siennes. En gros, sa compagne est réduite aux fonctions de procréation et de couveuse.

Écrit par : Laurent Martelli | 14/09/2009

Un matin, fatiguée d'entendre les infos les plus exagérées sur l'univers de la banque, j'ai pris mon ordi, crée un blog pour qu'enfin les gens connaissent le véritable quotidien d'un employé de banque. Tous les jours (si j'y parviens), je rédigerai un petit billet d'humeur qui j'espère vous fera réagir. N'hésitez pas à laisser vos commentaires! À bientôt!

Écrit par : mademoiselle X | 22/09/2009

Un matin, fatiguée d'entendre les infos les plus exagérées sur l'univers de la banque, j'ai pris mon ordi, crée un blog pour qu'enfin les gens connaissent le véritable quotidien d'un employé de banque. Tous les jours (si j'y parviens), je rédigerai un petit billet d'humeur qui j'espère vous fera réagir. N'hésitez pas à laisser vos commentaires! l'adresse du blog: http://www.employedebanque.blogspot.com/

MADEMOISELLE x

Écrit par : mademoiselle X | 22/09/2009

Avant tout propos j'aimerais m'excuser pour la circonstance dans laquelle ce mail vous a été adresser.
En effet je suis un jeune diplôme de l' université d'abobo-adjamé(côte d'ivoire),ayant obtenue un DEUG 2 en sciences de la nature sous le numéro 0200000811.
je vous écrit parce que je suis désespéré et sans soutient .
la guerre que connaît mon pays et le manque de soutient financier a fait que j'ai été obliger d'arrêter les études que j' aime tant.Dépuis lors j'essaie de faire des concours afin d'intégrer la fonction publique mais peine perdus le pays est miné par la corruption et le tribalisme.Dans le secteur privée un élément fondamental me fait cruellement défaut:le permis de conduire.Elles sont si nombreuses les occasions d'embauche que je vois filer sous le nez à cause du permis de conduire.Avec ce document je pourrais changer de manière significative ma vie de chômeur patenter.
Sans trop faire de commentaire sur ma vie,tout en vous vouant respect et considération,je sollicite auprès de votre haute personnalité de l'aide,fut-elle en nature ou en espèce (150 euro) afin d'obtenir mon permis de conduire.Tout en espérant une suite favorable veuillez agréer l'expression de mes sentiments les plus distingués.

SORO KASSOUM
tel:0022501303277
email:kzum6@yahoo.fr

Écrit par : kassoum | 05/10/2009

merci pour l'article

Écrit par : Sandra | 04/11/2009

@soro kassoum

ça sent pas l'arnaque ton truc hahhahahhahahaha :=))))))))))))
Sale voleur

Écrit par : yophil | 23/08/2010

Monsieur PEDRO:

J'ai vu le reportage à la télé hier...Respect !
J'ai un projet de jeu innovant en direction des banlieues, avec un avis favorable de Jeunesse et sport . j'ai échangé des courrier avec Fadela Amara qui m'a mis en rapport avec le préfet .Je sollicite un entretien avec vous afin de vous sensibiliser à cette initiative , qui aboutirait à un tournoi national exclusivement consacré aux jeunes des banlieues .
Les structures en béton qui accueilleront ce jeux sont lourdes, plus d'une tonnes, les jeunes pourront se les approprier en les tagant.
Ancien éducateur mon souhait à travers ce jeu c'est de donner AFIN un coup de projecteur POSITIF sur cette jeunesse ou l'on trouve de belles pépites comme vous dites. Vos conseils me seraient précieux .
En espérant avoir le plaisir de vous rencontrer sur Lyon , recevez monsieur PEDRO mes salutations sincères . Pédro DIAZ

Écrit par : Pédro Diaz | 05/10/2010

simplement évitez mr pedro,des attaches avec la bourse qui aujourd'hui est pénalisante pour le travail de l'homme elle est l'arme des banques qui sont devenues irresponsables dans la gestion des économies des petites et moyennes classes;je n'ai pas encore vu de banques permettre à ses clients de faire fortune!!!par contre pour leur faire perdre :oui.ils ont tué le capitalisme qui récompence le travail de l'homme; sinon bravo

Écrit par : trapet veronique | 05/10/2010

Eugène Marie-Diomandé, président du Sewé Sport de San Pedro, sait comment ... Je reçois assez de messages de soutien sur mon blog et ma page facebook, ...

Écrit par : plan de travail cuisine | 21/06/2011

Je viens de regarder ce fameux reportage de Mr Rodolph Pedro aie aie aie!!!!!!Que de gens naifs!!!!!!!Sans racisme a t il une tete a s appeler Rodolph!!!!!J ai fais ce métier une arnaque incroyable ces dix mille euro promis par mois et combien vous prend t il pour cette foutue formation?????
Son beau chalet a genève avec famille modèle,pour tout ces gens issus de cités ou non,arretez de vous faire avoir!!!!!
Aujourd hui sans diplome j ai réussi a intégréer une société sans payer de formation et un salaire fixe car croyez moi avec ce genre d escroc je me suis endettée n arrivant plus a payer mon loyer car aucun salaire fixe mais aujourd hui je m en suis sortie.
Il joue sur la banlieue et bien lui est née en suisse ses parents sont plein aux as la banlieue il ne la connait pas
Maintenant faites de ce mot ce que vous en voulez je suis la pour répondre

Écrit par : dupuis | 07/03/2012

Bonjour, je m' appelle catherine et j' ai eu ma formation financière en même temps que rodolphe. Nous avons passé ensemble notre examen et sommes restés amis. Puisque certains d' entre vous aiment les détails croustillants, je peux vous dire honnêtement que la société en question ne souhaitait pas l' embaucher simplement pour cause d' indiscipline. J' ai fait le forcing pour qu' il rejoinge cette société financière, çà s est fait et je ne le regrette pas. J' ai fait le forcing parce que rodolphe a montré un tempérament d' équipe, d' aide et d' empathie. Il s' appelle vraiment rodolphe et vous vous trompez sur ces origines. Oui il s est acheté un beau chalet mais grâce à sa réussité financière et avant d' ouvrir son savoir aux plus démunis. Malheureusement il est très rare d' avoir une formation gratuite puis un statut salarié. Mais quand on choisit de former un maximum de gens, je ne vois pas d' autres solutions. Voilà, j' espère que vous avez trouvé ce que vous cherchez, il est aussi possible de bénéficier d' une formation gratuite, de faire ses preuves puis de chercher un empoi salarié....je sais en ce moment c est plus dur à dire qu' à faire. Bon courage, catherine

Écrit par : catherine | 19/01/2013

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu