Avertir le modérateur

« Tenue correcte exigée pour les PME des quartiers….. | Page d'accueil | Marchés de gré à gré, les copains d'abord? »

J’ai pensé au suicide

19/06/2009

Par Chaker Nouri

 

Rz_45.jpgTous les ans en France, 250 000 salariés sont victimes de harcèlement moral. Parfois certains d’entre eux se donnent la mort. Un ex-salarié du groupe PSA témoigne pour le BusinessBondyBlog.

 

Le témoin et l’auteur de l’article ont participé à une émission sur Génération FM 88.2

 

Le verbe fort et la voix posée,  Abdurrahaman ce trentenaire de la banlieue parisienne ne mâche pas ses mots contre son ex employeur «  j’ai vécu un calvaire de plusieurs années. Peugeot m’a broyé psychologiquement et physiquement ».  Pourtant lorsqu’il intègre le groupe automobile en 1999 tout se passe pour le mieux « heureux et épanoui, je m’investissais dans mon travail au quotidien, je n’hésitais pas à faire des heures supplémentaire, on me confiait des taches à haute valeur ajoutée. J’étais agent de maîtrise mais je bossais sur des projets confiés en théorie à des cadres. Ma hiérarchie était satisfaite de moi. »


Mais en 2005 la donne change et tout se gâte avec l’arrivée d’un nouveau manager « au début, je ne me suis pas de suite rendu compte que j’étais victime de harcèlement moral. Malgré des conflits réguliers avec mon nouveau manager, je ne donnais pas trop d’importance. Le point de départ de mon calvaire a commencé avec ma mise au placard durant un an. Du jour au lendemain, je suis passé d’une activité intense au néant complet, on m’a isolé, j’étais devenu un exclu du monde du travail » mise sur la touche, mais aussi brimades et humiliations en tous genres « ce nouveau manager ne me supportait pas, elle a eut des propos racistes et humiliants à mon encontre, elle m’harcelait en permanence, je n’en pouvais plus » sans que personne ne puisse arrêter cette descente en enfer « j’ai tenté en vain de prévenir ma hiérarchie, le délégué syndical, le médecin du travail, mais rien, personne ne pouvait  où ne voulait agir, j’étais seul ».

 

Une destruction à petit feu qui a engendré des conséquences graves « quand vous êtes harcelés, vous mourrez à petit feu. J’ai pensé au suicide, c’est vrai. Mais je suis quelqu’un de battant et j'ai une force de caractère en moi. Mais ma famille n’a pas résisté à cette épreuve. Je comprends certains de mes collègues qui se sont suicidés. C’est dur de résister quand vous êtes détruits au quotidien ».

 

Aujourd’hui, Abdurraham n’est plus salarié de PSA, il a été licencié en 2008 « mon manager a gagné pour le moment. Mais je n’ai pas dit mon dernier mot, je me bats aujourd’hui pour réparer ce préjudice et alerter les pouvoirs publics sur le double langage des entreprises sur le harcèlement moral » même si il est assez pessimiste sur le devenir de son affaire d’un point de vue judiciaire « normalement la charge de la preuve incombe à l’employeur et non au salarié. Mais dans les faits, les prud’hommes réclament un certain nombre d’éléments : témoignages, courriers…etc.  Il est parfois difficile d’apporter des preuves, quel employé témoignera contre son employeur ? mais je me battrai jusqu'au bout pour sauver mon honneur »

 

 

 

 

 

Commentaires

je vis actuellement le même calvaire que vous,
mon sort se joue lundi
j'ai fait une tentative de suicide courant avril et je n'arrive pas à voir le jour malgré un suivi psychologique
la difficulté des preuves ... parlons-en, surtout pour les travailleurs isolés ! comment apporter des preuves lorsque nous ne sommes que deux dans un bureau , la victime et le harceleur .
je vous souhaite bon courage et bonne chance dans votre combat
amicalement à vous

Écrit par : cathy | 19/06/2009

Le site www.alloboulotbobo.fr tente de répondre à cette problématique: paroles d'experts, forum, informations pour s'en sortir, briser l'isolement et sortir de la souffrance au travail

Écrit par : babaya | 19/06/2009

Pourquoi est il tabou de parler du harcèlement moral subi par les élèves des classes préparatoires aux concours des grandes écoles , dues à plusieurs causes ? 1) Surcharge des programmes des matières essentielles 2) Abus de certaines matières annexes qui ne servent que de sélection , car inutilisées lors de la vie professionnelle 3) la pression des professeurs qui ne pensent qu a leur score de reçus et essaient de décourager les dits plus faibles 4) les abus de pouvoirs de professeurs qui n hésitent pas à humilier des élèves en pleine classe.---- Que font les organisations étudiantes ? Accepter ces classes de non droit est inadmissible, elle devraient être supprimées, et les concours rattachés au cursus universitaire .

Écrit par : Bob | 19/06/2009

Avant de vous suicider ... emmenez avec vous le harceleur !

Écrit par : moi | 19/06/2009

Bonjour,

Je viens de lire cet article et notamment le premier commentaire qui le suit.
Je voudrais savoir. Pourquoi se suicider pour un travail?
Vous êtes plus qu'un simple travail. Vous avez surement une vie, des amis et des loisirs.
Quand on parle de vous en général, ne parle t-on ne parle que de vous au travail? N'est-il pas plus facile de changer d'emploi et de tenter de rebatir sa via différemment?
Effectivement, j'écris cela, mais les gens ne sont pas identiques et réagissent différement.
En tout cas, si vous vous sentez mal au travail, n'hésitez pas à consulter des psychologues et/ou autres spécialistes et vous faire faire un arrêt de travail le temps de remonter la pente.

Écrit par : fat141 | 19/06/2009

Vendredi 29 mai, Michelle Roux 44 ans, s'est suicidée dans son bureau du Centre Communal d'action sociale de Draguignan-Var. Ses collègues traumatisées l'ont découverte trois jours plus tard le mardi 2 juin, au terme du week-end de Pentecôte.
Elle baignait, le bras tailladé, dans une marre de sang séché. Elle a laissé une lettre mettant en cause sa hiérarchie.
Le parquet de Draguignan a confié à la police nationale une enquête pour "mort suspecte".
La CGT locale demande la convocation extraordinaire du Comité Hygiène et Sécurité, le suicide sur un lieu de travail posant inévitablement la question du mal-être professionnel .
Le mari de la victime aurait porté plainte.
Cette information est restée cloisonnée à la région mais mériterait une diffusion nationale.

Écrit par : Honnorat | 19/06/2009

Les cicatrices morales dûes à des traumatismes sont parfois bien plus difficiles à soigner et ne se referment jamais vraiment. A tous ceux qui sont dans le désarroi tel que celui-ci je vous apporte mon soutien. Mon père a subi le harcèlement moral dans sa commune, il travaillait pour la ville depuis 30 ans et la bêtise des gens, leur ignorance et parfois tout simplement la méchanceté, l'ont rendu invalide, trois tentatives de suicide, un dépression longue de 10 ans, un passage par l'othophonie car il n'arrivait plus à enchainer des phrases cohérentes, plus de mémoire et des accès de folie. Ce fut affreux, terrible, pour un acte encore bien plus horrible qu'avait commis son frère. La bêtise des gens est telle qu'elle détruit et peut aliener les gens. Mais on a survécu, en déménageant, en allant jusqu'au bout des démarches en insistant auprès des médecins du travail et en étant unis. Ce qui n'est pas non plus le cas de tout le monde, l'entourage est bien plus qu'important. Quelqu'un qui pense au suicide est totalement incapable d'envisager les conséquences terribles auprès des gens qui l'aime car il n'en a même pas la conscience. Je n'ai que 27 ans mais ma compassion pour les personnes qui ne sentent tout simplement pas bien à cause de cela me touche beaucoup de par mon histoire. Puisez au fond de vous, loin, écrivez, dessinez, videz ce mal qui vous persécute et qui s'est coincé dans vos tripes pour retrouver la force de remonter et d'aller au bout, pour vous et pour tous les autres à venir. Courage. Séverine

Écrit par : Sev | 19/06/2009

Le suicide est du à une souffrance que la personne ne pense pourvoir éviter. Il faut aider toutes les personnes qui pensent que leur vie est un cul de sac sans d autres issues. ---- Il faut toujours leur demander de réfléchir à un PLAN "B" et de leur suggérer des plans C ou D. Il faut les aider à ne pas placer la barre des souhaits trop haute. Il faut aussi leur faire comprendre qu il ne faut pas exiger des autres , mais toujours demander plusieurs conseils comme font tous les sages, et que c est dans la difficulté que l on peut compter sur les vrais amis.

Écrit par : Bob | 19/06/2009

Etant manager dans la grande distribution le harcèlement moral s'est banalisé pour devenir une technique comme une autre pour encadrer du personnel. Vu les conséquences (dépression, suicides) je ne comprends pas comment on a pu en arriver là pour faire travailler les gens .

Écrit par : manager33 | 19/06/2009

Bonjour à tous,

Je viens de découvrir sur le net un système qui pourrait bien, à terme, réduire considérablement le harcèlement moral ou sexuel dans nos entreprises. Ce sytème devrait permettre non seulement de protéger les salariés harcelés mais également le chef d'entreprise et l'entreprise en elle-même.

Ca s'apelle Alert Mobbing et voici l'adresse de son site

www.alert-mobbing.com

Je suis en train de motiver mon patron à l'adopter pour notre entreprise.
Avec ce système, les harceleurs n'ont qu'à bien se tenir !!

Beaucoup de courage à tous !
Estelle

Écrit par : Estelle | 20/06/2009

Bonjour à tous,

Je viens de découvrir sur le net un système qui pourrait bien, à terme, réduire considérablement le harcèlement moral ou sexuel dans nos entreprises. Ce sytème devrait permettre non seulement de protéger les salariés harcelés mais également le chef d'entreprise et l'entreprise en elle-même.

Ca s'apelle Alert Mobbing et voici l'adresse de son site

www.alert-mobbing.com

Je suis en train de motiver mon patron à l'adopter pour notre entreprise.
Avec ce système, les harceleurs n'ont qu'à bien se tenir !!

Beaucoup de courage à tous !
Estelle

Écrit par : Estelle | 20/06/2009

Dans les entreprises, il y a ce qu'on appelle le CHS CT. Dés que vous vous sentez mal dans votre travail, il faut l'aleter. Par contre, lors qu'il y a préemption de harcellement, le chsct a le pouvoir de demander à l'employeur des mesures pour proteger le salarié. la loi protège le salarie par le droit d'alerte, le droit de retrait...
Je suis delegé dans cette instance, et croyez moi, lorsqu'elle est bien en place, elle est efficace.

Écrit par : Jean | 20/06/2009

comment veut tu ancrer des gens à gauche, quand tu voit que la mairie a été anti démocratique et pratique l'omerta avec mon affaire. 40 ans que je suis à bondy, fin des années 70 j'ai combattu le facisme avec mes amis de bab el oued et de delattre. Aujourd'hui meme dans une ville comme bondy on pratique la sensure alors imagine à l' échelle nationale.Et ton blog C le jouet de gilbert.

Écrit par : LARRY | 01/07/2009

Le mieux c'est de monter sa propre taule ! de 0 euros de chiffre a plusieurs millions ! C'est soi meme le patron, par contre apres c'est l'etat qui nous harcele !; bon le mieux tu te casses dans un pays du tiers monde pour faire du business, attention on peut etre harcelé par sa propre conscience là ca devient plus grave et profond... A ce stade on se dit que le merdeux chefaillon pseudo directeur cadre contremaitre n'etait qu'un minable gagne petit trompé surement par sa femme...EXPERIENCE VECU !!!!!!!!

Écrit par : ASS | 22/08/2009

Malaise au travail :

Stress, démotivation, manque de reconnaissance, agressions, fatigue morale, troubles somatiques, suicides... Le mal-être au travail, qui se transforme parfois en véritable souffrance, ne cesse d'augmenter dans les pays occidentaux.

Xavier Darcos, sous la pression de se problème grave tente d'y répondre par un plan d’urgence. Mais pas encore de réponse concrète concernant les mesures en cas

Le site science humaine tente d'apporter des solutions.

Comment l'expliquer ? Comment lutter ? Ce grand dossier apporte des réponses à ce qui est en train de devenir un véritable enjeu de société http://www.scienceshumaines.com/malaise-au-travail_fr_22698.html
Le blues du dimanche soir : http://www.scienceshumaines.com/le-blues-du-dimanche-soir_fr_22699.html
Un mal-être pratiquement universel

Écrit par : citoyenactif | 12/10/2009

"Un salarié du site Peugeot-Sport de Vélizy-Meudon a été retrouvé mort par ses collègues hier (vendredi) en fin d'après-midi", selon un porte-parole du groupe, précisant qu'il s'agissait d'un "décès par suicide".

Il s'agit "d'un homme d'une quarantaine d'années" qui avait "été noté conforme aux attentes lors d'un récent entretien", a ajouté le porte-parole.

Écrit par : sylvain | 24/10/2009

Bonjour,

J'ai quitté "à l'amiable" l'association dans laquelle j'étais salarié après une situation de harcèlement moral. J'ai pu négocier un paquet d'argent sans aller aux prud'hommes et c'est tant mieux, mon employeur n'ayant pas voulu traiter avec moi directement j'ai du prendre un avocat et je ne le regrette pas car il m'a permis de donner du poids à ma défense.
Quelques trucs appris :
- aucun travail ne vaut la peine de se laisser entraîner au fond du trou, car une fois qu'on y est c'est trop tard. On est détruit et il faut beaucoup de temps pour en sortir.
- il faut négocier son départ avant d'être licencié, cela permet d'être en position de force.
- ne pas hésiter à aller voir un avocat. Le mien était spécialisé, tarif forfaitaire, conseillé par un organisme TRES BIEN que j'avais été voir : souffrance au travail.
- quand ça commence à chauffer, il faut formaliser les échanges avec ses harceleurs pour garder le plus de traces écrites... préférer les mails, aux échanges informels...
- lire un ou deux livres sur la question du harcèlement moral au travail, ils sont bien faits.
- ne pas rester isolé, parler, dire, écouter son entourage (le conjoint n'est parfois pas la meilleure personne pour cela)
- quand on est pris dans le harcèlement on se présente à son entourage comme uniquement victime, parfois de manière très impartiale et ça a le don de rendre dubitatif son entourage, ne pas attendre d'eux qu'ils prennent parti pour soi.
- aller chercher dans l'histoire de la boite d'autres licenciements, d'autres procès aux prud'hommes, parfois ces actes ont une valeur déterminante pour être en position de force pour négocier, plus que des témoignages de collègues qui sont difficiles à obtenir.
- les collègues risquent gros à témoigner, à moins qu'il y ait un rapport de force favorable (nombreux témoignages, action collective...).
- Une bonne période de "chômage" ou mieux "sabbatique" est parfois le seul moyen pour se retaper. Quand on le peut, ne pas hésiter, il y a tellement de choses sympas à faire sur la terre !!!

Écrit par : françois | 07/01/2010

On entend trop des réflexions du genre « Bah, s’il(elle) s’est suicidé, c’est qu’il(elle) devait avoir d’autres problèmes que le travail… ». Les gens doivent prendre conscience de la sensibilité et de la fragilité humaine, donc de sa propre sensibilité : ça n’arrive pas qu’aux autres. Il y a un cynisme à considérer que ces personnes sont un peu trop fragiles et qu’il faut se blinder. Moi, je considère que le monde du travail est un peu trop féroce et qu’on ne se blinde jamais contre la vachardise et la bêtise.
J’ai été victime aussi de harcèlement moral et j’ai choisi une voie radicale pour échapper à tout ça : tout d’abord, j’ai renversé la machine car j’ai mis la pression à mon employeur pour qu’il me licencie et non qu’il m’oblige à démissionner. C’était il y a 13 ans, depuis je refuse d’intégrer le monde du travail à temps complet et de façon permanente : j’exerce des petits boulots mal payés et sans gratification et j’en paye un certain prix, c’est-à-dire une vie peu confortable matériellement, mais la liberté n’a pas de prix !!!

Écrit par : vibromasseur | 13/02/2010

Je pense qu'il faut parler de ce problème, oui, mais quelles solutions ?
Chacun doit faire un effort, se maîtriser. Certes la crise met chaque personne en danger et certains ont des comportements qui les dépassent, ceci afin de se préserver ou de préserver leur job, leur société, se faire une place dans leur société, ou par pure méchanceté ! ça existe !! mais il y a des limites à ne pas dépasser. A chacun d'être plus solidaire, tolérant. De même, à chacun d'essayer de se défendre contre les injustices ; il faut s'accrocher, tout le monde n'en a pas la force et peut vite sombrer.

Écrit par : lingerie transparente | 13/07/2010

That's really weird that their churches were built by catholism influences because the official religion in Algeria is the Islam and I think that these people can feel conmfortable in a place like that.

Écrit par : UGG Bailey Button | 07/01/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu