Avertir le modérateur

« Aprés Rachida, le tour de Benoît | Page d'accueil | Benoît Hamon : « Il y a de la corruption dans les marchés publics » »

Laurence Lascary, la Spike Lee française ?

26/05/2009

Par Chaker Nouri

 

thumbnail.jpgLe jury du festival de Cannes vient de rendre son verdict. Au même moment, Laurence Lascary, productrice, quitte la Mecque du 7 éme art pour regagner Paris, après avoir passé une semaine non pas à faire la fête, mais à promouvoir sa boite de production spécialisé dans les programmes sur et avec les populations sous et mal représentées à l’écran.

 

L'AUTEUR DE CET ARTICLE AINSI QUE LAURENCE LASCARY SERONT EN DIRECT CE SOIR DE 18H30 A 19H00 SUR GENERATIONS FM (88.2), DANS L'EMISSION GENERATION 2 DE CHLOE. POUR LE LIEN, CLIQUEZ  ICI

 

« Black is beautiful » voilà comment on pourrait qualifier la fondatrice de DACP (De l’autre côté du périph )  : sourire charmeur, yeux en amandes, style urbain et fashion. Elle ne laisse pas insensible. Mais derrière ce joli visage, il y a aussi une tête bien fête. Elle est titulaire d’un master en marketing et distribution dans l’industrie audiovisuelle européenne, diplôme obtenu dans la prestigieuse université de La Sorbonne. Elle a vraiment tout pour plaire.


Et en plus, elle a des convictions. Elle est membre actif de l’AFIP (Association pour Favoriser l’Intégration Professionnelle) et des Indivisibles (association qui lutte contre les préjugés etno-raciaux).

Au regard de son cursus, elle aurait pu se contenter d’un poste de salarié au sein d’une société de production, mais elle souhaitait plus que tous voler de ses propres ailes et donner un sens  à sa vie professionnelle.

 

C’est lors de sa période new yorkaise, où elle a travaillé pendant un an chez Uni France, qu’elle décida de créer sa société de production, dans un secteur assez particulier. « La diversité dans son ensemble est mal et sous représenté. Hors son absence est préjudiciable à la création cinématographique. Il y a dans cette diversité une exceptionnelle force créatrice peu exploitée ». Dés son retour à Paris, elle met donc tout œuvre afin de mener à bien son projet : business plan, financement, étude de marché. Très vite les interlocuteurs qu’elles rencontrent sont enthousiasmés par son projet, même la Banque la suit à hauteur de 30 % et, cerise sur le gâteau, elle recevra le prix des talents des cités 2008.

 

Aujourd’hui sa société « De l’autre côté du périph » a 6 mois d’existence, située à Montreuil dans une pépinière. Elle a déjà produit un certain nombre de programmes : L’Ecole des Ambassadeurs, La minute Emploi Diversité, La Barrière des Préjugés de Luc Saint Eloy, le court-métrage Dead Buddy. Mais c’est surtout les programmes destinées aux entreprises qui sont rémunérateurs : « on travail beaucoup avec les entreprises, qui souhaitent communiquer sur la diversité ou le développement durable. C’est ce qui nous permet de faire rentrer du cash », confie la fondatrice.

 

Malgré la bonne santé de sa société qui fait la promotion de la diversité dans le 7 éme art, Laurence a un avis assez lucide sur la place de la diversité dans le cinéma. « Lorsqu’on vous êtes noir on vous proposera un rôle d’agent d’entretien et quand vous êtes arabe ça sera le rôle de voyou. Certes vous avez quelques acteurs qui arrivent à sortir des codes étables comme Roschdy Zem, mais ils sont rares ». Surtout ne lui parlez pas du film Aicha de Yamina Benguigui comme un exemple « ce film est une succession de clichés et de préjugés, une image des quartiers qui est extrême et loin de la réalité ».

Il y a peut-être dans ce petit bout de femme un Spike Lee en puissance...

 

 

Commentaires

Pardonnez moi mais je pense que la comparaison avec spike lee est une hérésie.
Veuillez me pardonnez pour ma franchise mais je suis amateur de film de spike lee et cela me choque terriblement.
Quand bien même l'idée d'une société de production qui met en avant les minorités est honorable, encore faut-il ajouter une profondeur à ce discours sous peine de tomber dans la démagogie.
Les films de Spike Lee sont empreints de questionnements politiques, historiques et raciaux.
Or le travail de Mme Lascary n'est empreint d'aucune de ses caractéristiques pour avoir visionner sur son site les vidéos notamment l’école des ambassadeur.
Voilà mon désarroi, est-ce de l’hypocrisie de la part de la productrice profitant de la vague médiatique de la thématique de la diversité pour se faire connaître et surtout pour se faire de l’argent.
Par ailleurs ayant écouté l'interview de Mme Lascary, je suis un peu déçu. Je travaille dans le cinéma, et je suis tout particulièrement passionnée par le cinéma afro-américain.
Or l’interview manque sévèrement de contenu ! Quelles sont ses inspirations cinématographiques ? Quelle valeur ajoutée souhait-elle mettre dans ses futurs projets ? Rien de tout ça n’est énoncé par la productrice.
(Par contre elle ne manque pas de critiquer facilement Yamina Benguigui, qui a fait ses preuves. Attitute peu honorable de sa part!)
Or ce sont des questions intéressantes permettant de connaître la culture cinématographique de Mme Lascary.
Cela dit le diplôme de cette dernière est assez révélateur de sa motivation. Ne serait-ce pas là une idée marketing pour attirer tous les banlieusards qui s’estiment lésés par les sociétés de prod « de blanc ».
Quel est l'apport des courts métrages produits par Mme Lascary sur la thématique de la diversité ? Point de réponse à ce sujet. Mettre des noirs dans les films ne suffit pas. Car avoir une idée c'est bien mais encore faut-il avoir les moyens de la défendre à sa juste valeur sous peine de passer pour un démagogue.
Se positionner en tant que découvreur de talents parmi les minorités permet à la productrice de monnayer un important capital sympathie mais il ne faut pas que cela berne les scénaristes, auteurs, acteurs etc. car derrière il n’y a rien de plus qu’une personne diplômée en marketing.
Je remarque que les minorités est un sujet en vogue en ce moment, Yazig SAbeg nommé commissaire de la diversité par Sarkozy et beaucoup surf sur le sujet pour engendrer plus de profit. Elle a bon dos la thématique de la diversité !

Écrit par : Patrick | 24/06/2009

Mouai j'ai vu son site et ses vidéos je vois pas en quoi ce sont les talents des minorités!!!
mais bon vu que ya du fric à se faire dessus, ya toujours un negro ou une negresse avide d'argent pour plonger dedans!
mais pour l'instant ya rien d'exceptionnel dans ses films. de qui se moque -t-on?!

Écrit par : Iness | 03/07/2009

Il n'y a rien d'exceptionnel dans son documentaire, qui ressemble plus à un reportage.
C'est prétentieux de la part de cette femme de se prétendre découvreuse de talents issus des minorités alors qu'au vu de son travail, il n'y a rien d'extraordinaire ni de talentueux. c'est bizarre.
surtout que l'on a pas besoin d'elle pour nous dire qui est talentueux ou non!
c'est très prétentieux de sa part, si ce n'est démagogue.

Écrit par : Aicha | 01/08/2009

je pense que c'est mal connaitre mademoiselle lascary que de porter des préjuger sur son travaille
elle part d'un constat d'une société méprisant et ignorant les siens ,son parcours est un exemple de son engagement !

le travaille de déconstruction des prejuger qu' elle essaie de mettre en place et illustré par vos propos Messieurs, Mesdames les detracteurs jaloux, tant à prouver qu il faut encore faire ce traivaille nécessaire de pédagogie !!

ces détracteurs"inutiles n'apportent rien de plus au débat, le documentaire sur les ambassadeurs parle des préjugers et du regard porté aux autres ailleurs que dans leurs pays d'origine , la france,regard asymétrique de ce qui se passe ici

Son travaille d'une manière générale ,est une analyse distanciée ,différente, sur la notion de double culture et les solution du possible..

Bien que vous considériez qu' il sagit just d'un phénomene de mode "la diversités" et ses différentes aspects problematiques ,sont un vrai probleme symtomatique des bloquages sociaux culturels de représentativités qui existe en france!
Laurene Lascary illustre par son travaille qu il faut combler la distance abysalle que doit faire les pouvoir publique , la télévision et le cinema français en matière d'acceptation des gens venus d'ailleurs et d'ici ,non cocasien

et vous voudriez en plus que son travaille ne soit pas reconnu à sa just valeur??

peut être ,devrait t'elle mandier pour vivre ou survivre hstoire de vous faire plaisir?

L a france devient une société qui se perd parce qu' elle n'accepte pas les siens !et une société qui a peur des siens ,n'a pas d'avenir!

Écrit par : emilien | 13/12/2009

Je répond au premeir commentaire de Patrick..
Il y a des gens qui regarde le positif et d'autres ( généralement aigris ou hautain qui juge à tout va, même s'il ne font pas mieux.. à croire que taper sur les autres les aident à se sentir fort et oublier leurs propres incohérences et faiblesses..) qui ne voient que le négatif et prennent plaisir à démolir la moindre initiative positive..
C'est dommage...

Écrit par : Audrian | 26/02/2010

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu