Avertir le modérateur

« Comment éviter le surendettement ? | Page d'accueil | Portes ouvertes à l'Adie pour les auto-entrepreneurs »

Pour en finir avec l'auto-censure

22/04/2009


Ils assisteront aux Entretiens de l'excellence organisés par le Club du XXIe siècle, fondé par Hakim El Karoui. Tous se pressent pour trouver une place dans la salle de conférence. Et pour Ali Ferhi, membre de XXI siècle et président du Comité d'organisation des Entretiens, voir affluer « 1000 personnes d'un coup, c'est plutôt un succès ». La plupart des jeunes sont mineurs mais tous ont un point en commun. Ils s'intéressent aux filières prestigieuses de notre système scolaire.

Normal car quand on vient d'un collège de banlieue, c'est un peu la croix et la bannière en matière d'orientation. Ali Ferhi parle même du « maquis des filières. C'est quasi-impossible de se retrouver dans les 230 écoles du système ». Tout un programme ! Alors ces Entretiens tombent bien. L'information, c'est justement ce qui manque à certains de ses jeunes mais pas que .« Le premier obstacle des collégiens et des lycéens pour accéder aux filières prestigieuses, c'est l'auto-censure », explique Ali Ferhi. Cette forme de complexe est aussi à l'origine de l'absence de diversité dans les grandes écoles.

« Elles sont très sélectives tout comme les entreprises. C'est une pratique courante qui conduit à une sélection sociale » fait remarquer Richard Descoings, directeur de Sciences-Po lors de la plénière. Mais aujourd'hui, le mot d'ordre n'est pas à la complainte plutôt à l'optimisme. Audrey Pulvar, marraine de cette nouvelle édition le confirme. En venant, aujourd'hui à Sciences- Po, « vous avez fait la moitié du chemin. » Et d'ajouter, « c'est énorme d'être là, d'être venu chercher l'info ! »

C'est le cas d'Ursula, venue, en compagnie de deux copines d'Aulnay- sous- Bois en Seine-Saint-Denis. Pour elle, pas question de « s'auto-censurer ». A 15 ans, la jeune collégienne sait exactement où elle veut aller. Pédiatre sinon rien. Elle s'empressera de rejoindre l'atelier dédié aux métiers de la santé. Car pour faire vivre, les Entretiens de l'excellence le Club du XXIe siècle ne s'est pas contenté de têtes d'affiches mais a mobilisé ingénieurs, médecins, avocats, doyen de la faculté de médecine.

Au total, plus de 110 intervenants ont animés les ateliers de l'après- midi présentant ainsi les filières et les débouchés aux jeunes élèves. Succès non démenti, « l'engouement suscité par certains ateliers, comme celui par exemple consacré aux " Métiers de l'Ingénieur " a même nécessité le dédoublement des présentations ! » s'exclame Ali Ferhi, le sourire aux lèvres. A tel point que les Entretiens vont essaimer en dans le reste de la France. à commencer par Rouen en mai.

Commentaires

J'ai une autre variante du "yes u can", c'est un peu plus martial, c'est "qui ose gagne" (c'est la devise du 1er RPIMa et des SAS..).

Même si je suis contre tout ce qui est victimisation, misérabilisme, même si tout ce qui a trait aux questions de diversité, représentativité etc me gonflent, je trouve cette initiative malgré tout louable et pleinement positive.


Je ne suis pas certain que recevoir des prix de la diversité, de bénéficier de la discrimination positive soient très bénéfique sur le long terme, car je crois au mérite et à l'engagement personnels, au sens de l'effort et non à une mesure qui permettrait, parce qu'on est de telle couleur, telle origine, tel quartier, d'accéder à tel poste.
Au contraire, on conforte ces jeunes dans l'idée que, sans assistance, sans paternalisme, ils ne sont rien, ils ne seront rien et resteront d'éternels loosers.

Or non, ces jeunes, comme d'autres, ont du talent, des talents, qui ne demandent qu'à être exploités; et seuls eux-mêmes peuvent mobiliser ces talents.
Leur (re)donner confiance, là par contre c'est positif; leur prouver qu'ils sont capables d'avoir ne serait-ce des projets autres que de devenir rappeur/footeux/agent de sécu/chanteuse/coiffeuse et autres stéréotypes de la banlieue. Même si, évidemment, libre à chacun de choisir sa voie, y compris si c'est en tant que rappeur/coiffeuse.

En tout cas c'est beaucoup plus positif que les méprisants "kebab-débats" d'un certain parti politique censé être humaniste.

Écrit par : Romuald | 22/04/2009

un peu bling bling tout çà

Écrit par : abdelkader | 22/04/2009

trés bonne initiative de ce club du 21e siècle !!
il est temps d'en finir avec l'hypocrisie subtile qui consistait à nous mettre tous sur la même ligne de départ alors que certains d'entre nous ont les sacs à dos chargés de plomb.
La descrimination positive, quotas de toutes sortes sont un vecteur incontournable pour un meilleur rééquilibrage des chances car ne nous y trompons pas, sans tous ces dispositifs, aucun acteur banquaire classique ne donnerait sa chance à ces jeunes.
Bon nombre de chefs d'entreprises issus de la diversité se cachent encore derrière un directeur d'exploitation à bon teint pour décrocher des contrats (même dans la sécurité)
Toutes les initiatives pour percer le plafond de verre sont bonnes à prendre.
Après je suis entièrement d'accord, seule la compétence compte et rien que la compétence !

Écrit par : dan | 30/04/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu