Avertir le modérateur

« Casablanca, l'Eldorado des entrepreneurs de banlieue | Page d'accueil | Et si les grands patrons de demain étaient issus de la diversité ? »

CréaRIF, les quartiers créent la surprise !

13/04/2009

Par Nadia Moulaï

nadia_photo3.jpgDans les quartiers, l'entreprenariat, c'est une seconde nature ! CréaRIF, la première convention d'affaire dédiée aux zones classées politique de la ville, s'est déroulée à Saint-Denis le 26 mars dernier. Au programme, des porteurs de projets, des professionnels de la création d'entreprise. Organisée par Eveilleco, une association liée aux Boutiques de gestion, la journée a dépassé les attentes des partenaires.


50 porteurs de projets, 40 organismes d'aide à la création d'entreprise, 10 lauréats! Pour Benoit Willot, « la première convention d'affaires dédiée aux quartiers est un succès. Elle confirme le potentiel des quartiers en matière de création d'entreprise. Nous avons reçu 250 dossiers de candidatures. Nous en avons sélectionné 50 pour la rencontre. »

Chargé de mission au Centre national de l'entreprenariat (Cnam), partenaire de l'opération, il insiste sur l'objectif clé de la convention : «aider à ce que les idées des porteurs de projets puissent prendre une ampleur plus importante que s'ils avaient été seuls. Et pour nous, cette première convention est une bonne surprise ! » D'ailleurs, la présence en nombre des organismes d'aides à la création d'entreprises - Adie, Boutiques de gestion, Advancia, Conseil régional Ile-de-France - a permis « d'identifier les 10 projets pouvant générer le plus d'activités et donc d'emplois», précise Benoit Willot.

Parmi les lauréats, Hicham Tahiri, 28 ans sera accompagné par un expert de la Cnam pendant six mois. Son idée de transformer des voitures à essence en voitures électriques a visiblement séduit le jury, composé des financeurs comme la Région, l'Acsé ou la Caisse des dépôts et consignations. «Au début, nous étions dubitatifs. Après examen du dossier, nous avons vu qu'Hicham était plein de compétences et surtout que son projet tient très largement la route », note, enthousiaste, Benoit Willot. D'autant que Hicham, originaire de Chanteloup- les-Vignes (Yvelines), compte recruter. « Si j'ai les financements, je pourrais créer cinq emplois d'ici 2010 ».

Le jeune homme sait qu'il a du pain sur la planche. Lors de la convention, il a revu son budget à la hausse. « En gros, j'avais prévu 100'000 euros de financement. Selon les experts présents, il me faudrait plutôt 500'000 euros pour percer sur le marché. Je dois aussi valoriser ce qui est 'brevetable' car les investisseurs s'intéressent à la propriété intellectuelle », souffle t-il. Il reste convaincu de la viabilité de son projet d'autant que la convention l'a bien conforté dans ses ambitions. « Les professionnels jugent de suite votre projet. Ils vous disent si cela vaut quelque chose ou non » poursuit- il. En ce sens, la convention a une vraie utilité.

Autre lauréat, Sébastien Michalakis, 34 ans, participera à une mission d'échange grâce à l'Office franco-québécois de la jeunesse. « Maçon de formation, il souhaite se lancer dans la taille de pierre  pour valoriser le patrimoine archéologique à Nanterre (Hauts-de-Seine). On voit peu ce type de projet. Les dernières recherches archéologiques dans la ville montrent qu'il y a quelque chose à faire». Idée également remarquée par Hicham car «elle met bien en avant l'aspect insertion sociale et non lucratif du projet porté par Sébastien. » Vous l'aurez compris, la rencontre c'est aussi l'occasion de développer son réseau. « J'essaie de voir comment actionner les bons leviers, créer des partenariats pourquoi pas équiper des industriels, histoire de crédibiliser mon projet » précise Hicham. D'ailleurs, il s'est mis en contact avec Ahmed Bouzaïd, un Parisien de 28 ans, primé lui aussi pour son projet de cabinet de développement durable. « Avec son idée verte, nous sommes assez proches » souligne Hicham.

De son côté, le Conseil régional a inauguré trois « emplois tremplin créateurs ». Les lauréats concernés seront accompagnés et aidés à hauteur de 15'000 euros pendant une année.

Reste que tous n'ont pas la chance des lauréats. Pour autant, personne n'est reparti bredouille. Sarah, par exemple, a pu nouer des contacts précieux. Elle se lance dans une ligne de lingerie spécialisée pour les femmes enceintes, allaitantes et à fortes poitrines. Si son projet n'a pas retenu l'attention du jury, elle a profité des 250 mises en relation de la journée. J'ai conservé le dossier de présentation avec les contacts... Réseau quand tu nous tiens !

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu