Avertir le modérateur

« Toute l'amertume des reclus des cités jetée à la face des DRH | Page d'accueil | Le contrat en alternance, l'espoir des jeunes englués dans la crise »

L'instinct guerrier des quartiers face à la crise

31/03/2009


Pour les « sinistrologues » patentés, le repli sur soi est de mise avec pour seul plan un « sauve qui peut » destiné à maintenir les privilèges. Avec un chômage en pleine explosion (335 000 chômeurs officiels en plus depuis six mois) et l'Etat quelque peu dépassé, le chacun pour soi risque de prévaloir. Mais ces comportements sont profondément contraires aux valeurs républicaines de notre pays.

Pour contrer cette crise et ne pas tomber dans une dépression provoquant le chaos, nous devons mobiliser la nation dans son ensemble.

C'est en temps de guerre que l'engagement et la solidarité animés par un « état » major  exemplaire doivent être de mise : notamment par une véritable relance du pouvoir d'achat des revenus modestes mais aussi un soutien encore plus important des PME,  principales génératrices d'emplois (27% des Français ont la volonté de créer leur entreprise).

Or les populations de nos quartiers sont les plus à même à livrer bataille face à la crise. Et pour cause : pour la plupart, le parcours du combattant est un chemin familier. Formations, emplois, logements, entreprenariat sont trop souvent obtenus de haute lutte. Ceci nous oblige depuis toujours à faire preuve de force de caractère, de persévérance mais aussi d'ingéniosité pour simplement vivre dans notre société.

A l'instar des soldats qui pour se préparer au combat s'entraînent sur un parcours semé d'embuches, nous devons prendre conscience de nos forces. Car cette guerre contre la crise est engagée et nous sommes structurellement mieux préparés pour la remporter.

15:30 Publié dans Edito | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : yacine djaziri

Commentaires

Bravo, vous avez parfaitement raison !
Les "forces vives de la nation" sont bien dans les quartiers, utiliser ce qui au quotidien est une énergie dépensée pour combattre pour en faire une force positive, quelle bonne vision des choses...
SB

Écrit par : S.Berthomet | 31/03/2009

Le problème, c'est que des soldats ne sont prêts à s'engager pour une nation que s'ils y sont forcés ou s'ils se sentent considérés comme faisait partie intégrante de cette nation.
Il doit bien se trouver parmi les jeunes des banlieues quelques descendants d'anciens combattants de la WWI/WWII pour savoir de quoi il s'agit..

Je crains qu'il n'y ait un trop grand décalage entre l'Etat-major, et les "soldats" issus des quartiers. :/

Écrit par : Romuald | 31/03/2009

Bonjour Yacine,

Je te souhaite bon courage et de la réussite. Mais je ne crois pas que cela soit un problème de "guerre" et d'"Etat-major", pour face à cette crise.

Je crois même que cette crise sera salutaire pour le monde, pour l'humanité, et bien évidemment pour la France. Il faut un monde plus juste, plus solidaire, plus humain.

En un mot, il faut réfléchir ensemble à un autre projet sociètal. Pour commencer, attendons ce qu'il en sortira du G20.

Salutations

Écrit par : BOUZGAOU Abdelhamid | 31/03/2009

Analogie intéressante mais ça manque d'exemples concrets...Vous auriez du mettre en avant un "Business case" de banlieue et expliqué comment il peut être généralisé.

Y a pas un "e" "embrassé" , c'est "la crise"

Le vétéran

Écrit par : Le vétéran | 31/03/2009

Bonjour Monsieur Djaziri.

Je tenais à vous remercier d'avoir été présent lors de créarif quartier 2009.

Comme vous dites dans l'article, la crise a embrasé notre quotidien, même que l'on serait tenté de rajouter un "s" pour ainsi dire embrasser. J'ai à peine connu les trente glorieuses et ses effets ajoutées, qu'à titre d'exemple, je n'ai, ainsi dire, pas vécue une enfance favorable. Mais bon, elle a été vécue et c'est le principal surtout que tout cela est derrière maintenant. Sans rancune. Après quelques voies de garage, la vie, après plusieurs claques dans la figure, m'a donné raison et je fais de mon métier le pillier de mon épanouissement et mon investissement professionnel. J'aime le social, et je veux que mon service soit durable à l'avenir et qu'elle puisse rendre service à toutes générations et populations confondues. J'ai assez bien vécue une petite galère à temps partiel, que même bénévolement, je m'engage à redonner le goût à des tous petits, des anciennes pratiques d'avant dans les secteurs du bâtiment. Je les initie à la taille de pierre et c'est fou de voir, qu'un gosse peut passer des heures sur des cailloux sans se préoccuper de son environnement, avec un épanouissement total. Bientôt, dans la bouche des gosses, on n'entendra plus dire: les maths, ça me sert à rien. Ce qui valorise, en synergie, le travail des enseignants. La taille de Pierre les recadre et qui sait, dans leurs cheres petites têtes brunes ou blondes, des vocations naissent et fleurissent. Maintenant, je me sens assez déterminé de savoir quelle entreprise je vais créer et quel public ciblé compte tenu de mes expériences passés, et je pense que le mot "entreprise d'insertion" me colle plus à la peau car je me sens assez proche de personnes qui ont la volonté de travailler mais que parfois on leur propose un peu n'importe quoi, ce qui leur donne le sentiment d'être mis de côté, ou n'ayant aucune valeur au sein de la société et retombent après accumulation de petits CDD et précarité, qu'on demande à être rentables et qu'on leur demande d'oublier leur condition humaine. Quelle stratégie adopter? Construire, bâtir, en y mettant tout le monde a poser sa première pierre. J'ai des idées et je sais par où commencer. J'aimerai, si vous le souhaitez, vous rencontrer afin de m'entretenir avec vous et de connaître vos impressions qui vous ont ammenées à vivre cette belle aventure humaine, comment l'idée, vous est-elle venue? Pour quelles raisons, peut être différentes, vous avez voulu créer votre propre entreprise. Mon e-mail:

speedoody@hotmail.fr

J'espère sincèrement, un jour, de vous rencontrer selon vos disponibilités.

Dans l'attente, veuillez agréer mes sincères salutations.

Sébastien

PS: sans me censurer, je suis quelqu'un de vrai, et m'escuse par avance, si j'ai peut être choqué des catégories de personnes.

Écrit par : michalakis | 31/03/2009

En effet, c'est une promenade de santé, quand on est habitué à l'adversité :)

Écrit par : Al-Kanz | 31/03/2009

bonjour

je viens de visiter pour la première fois votre site que je trouve intéressant
en revanche je reprends vos propos du dernier article pour donner ma désapprobation
Or les populations de nos quartiers sont les plus à même à livrer bataille face à la crise. Et pour cause : pour la plupart, le parcours du combattant est un chemin familier. Formations, emplois, logements, entreprenariat sont trop souvent obtenus de haute lutte. Ceci nous oblige depuis toujours à faire preuve de force de caractère, de persévérance mais aussi d'ingéniosité pour simplement vivre dans notre société.

non mille fois non vous oubliez tous les jeunes et moins jeunes qui galèrent dans toute la France qu'ils soient en banlieue ou non! et qui ont du courage
il faut je pense arrêter de faire de la discrimination positive en quel que domaine que ce soit c'est le meilleur moyen de continuer la 'ghettorisation '

Écrit par : artémis | 31/03/2009

Barack obama a signe un contra avec le nouveau moteur de recherche de Google, Orfeuso.com, pour que celui ci sintegre dans tous les ordinateurs de la maison blanche. un bon pas pour Orfeuso.com,,... selon Gartnet

Écrit par : Cng | 03/04/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu