Avertir le modérateur

« L’orientation des filles de banlieue : coiffeuse, esthéticienne ou chanteuse de R’n’B ? | Page d'accueil | Les chemins du Seigneur… »

Ces riches qui échappent à l’impôt en toute légalité...

24/02/2009


Le couple résident à Neuilly est propriétaire d’un appartement d’une valeur d’1,1 million euros, Monsieur perçoit un revenu de 45 000 euros net par an et Madame un revenu net de 35 000 euros. Compte tenu de leur situation patrimoniale et financière, ils sont soumis à l’ISF et à l’impôt sur le revenu. Mais dans les faits nous allons constater qu’au titre de l’année 2009, il n’en est rien.

En effet, le Code général des impôts permet un certain nombre de déductions fiscales, grâce à des outils financiers et juridiques. Et les époux Durand ne s’en privent pas : « Grâce à mon avocat fiscaliste, nous faisons en sorte d’être assujettis le moins possible à l’impôt » et apparemment pour ceux qui sont bien informés des astuces fiscales, on se retrouve avec « une fiscalité très faible » voir nulle.

« Selon notre situation financière, nous devrions payer 10 900 euros d’impôt sur le revenu et 4 235 euros au titre de l’ISF. Au final nous ne payons que 1 900 euros d’IR et rien pour l’ISF. » Ces solutions qui permettent les déductions fiscales sont en majorité des placements financiers distribués par les banques et les assureurs. « Nous avons souscrit auprès notre banque des FCPI et des FIP, qui nous ont permis d’avoir un abattement de 9 000 euros et de déduire la totalité de notre ISF. »

Les FCPI et les FIP pour Fonds Commun de Placement d’Investissement et Fonds d’Investissement de Proximité : ce sont des titres côtés sur des marchés financiers. Leur particularité font qu’ils sont investis dans des entreprises aux activités innovantes, et qui ont moins de cinq ans d’existence. La carotte fiscale est justifiée par le fait qu’elle incite au développement de jeunes entreprises et donc au développement de l’économie. Le seul bémol de cette déduction fiscale c’est qu’elle n’est valable que la première année.

Pour nos époux Benkhoud, rien ne sert d’apprendre par cœur le Code général des impôts, car les solutions de déduction sont minces au regard de leur situation financière. Monsieur perçoit un salaire net de 19 000 euros annuel, Madame 15 000 euros. Ils sont locataires, paient un loyer de 540 euros par mois. N’ayant d’épargne liquide, ils ont un certain nombre de mensualités de crédits de consommation à rembourser, qui représente en totalité près de 40 % de leur revenu global. Ils ne sont pas soumis à l’ISF, mais à l’IR : « Au regard de ce que nous gagnons, nous payons 1 730 euros d’impôt sur le revenu. »

Les intérêts de remboursement d’un prêt immobilier permettent une déduction, mais pour bénéficier de cette mesure il faut déjà avoir la capacité d’acheter un bien : « Compte tenu de notre endettement et de nos faibles revenus, les banques ne prendront pas le risque de nous suivre dans notre projet immobilier. » Résultat, pour les époux Durand, les impôts représenteront 2,9% de leur revenu tandis que les Benkhoud paieront eux 5,08 %.

Mais que ces derniers se rassurent, le gouvernement a décidé d’annuler la première tranche d’imposition. Par contre les banques continueront à commercialiser des crédits « usuriers » à ces mêmes ménages…

Photo : Julien Raoul

Commentaires

Il y a un très bon post du Charançon là dessus : http://www.article11.info/spip/spip.php?article312

Écrit par : lie | 24/02/2009

ridicule, dans la mesure ou vous ne parlez pas du risque pris dans linvestissement en fip et fcpi. en ce moment, les epoux de neuiilly ont sans doute perdu 20000 euros cette année. c'est donc eux qui ont pris le risque d'investir dans un truc risqué et tres utile à la collectivité . c'est bien une sorte d'mpot deguisé et majeur ( 75%) quand cela ne marche pas .

Écrit par : mowgli | 28/02/2009

PS, moi c'est 20,38 %.. salarié lambda, non marié .
merci qui ?

Écrit par : mowglii | 28/02/2009

Autre gros bémol : l'invisibilité sur les objectifs de gestion réels menée par ces FCPI. Il n' y a qu'à lire le bouquin du collectif fcpi-pratique.com pour comprendre. Au moment de choisir un produit de défiscalisation, on doit orienter son choix vers des offres un peu éthiques. Si c'est pour apporter du capital à des financières qui se moquent du devenir des entreprises dans lesquelles elles investissent et ne pensent qu'à accroître leur TRI sur le dos des entrepreneurs, l'innovation française continuera à aller dans le mur.

Écrit par : Laurent | 03/03/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu