Avertir le modérateur

« Comment préparer sa reconversion professionnelle ? (1/2) | Page d'accueil | Ouverture du concours "Talents" »

Plan Espoirs (déçus) Banlieue

02/02/2009


Puis Fadela Amara doit faire face aux associations de quartiers, mécontentes d’avoir été refoulées au meeting de Vaulx-en-Velin. Il est en effet difficile de faire entendre les revendications des « jeunes des quartiers » quand ils restent dehors !

Le 8 février 2008, le président de la République, Nicolas Sarkozy, s’engage de façon ferme sur le sujet qu’il déclare « priorité nationale ». L’attente est donc forte, sur le terrain.

Mais à quelques semaines du premier anniversaire du Plan Espoir Banlieue, la situation n’a pas beaucoup évolué. L’explication invoquée par Fadela Amara en décembre dernier lors de l’émission Dimanche soir politique (ITélé) : « Certains hauts fonctionnaires freineraient des quatre pieds. »

Sur les 45 000 contrats d’autonomie, prévus en trois ans, « on en a à peu près signé 2 000 », reconnaît la secrétaire d’Etat qui se veut malgré tout rassurante : « Mais le rythme s’accélère, il y a 300 contrats d’autonomie signés par semaine. » Pour rattraper ce retard, Fadela Amara table sur 20 000 signatures en 2009, au lieu des 18 000 prévues.

Ces contrats prévoient une bourse de 300 euros par mois pour les jeunes qui sont accompagnés individuellement pendant six mois dans leur recherche d’un emploi d’une durée minimum de six mois, ou une formation qualifiante. Les plus téméraires seront aidés dans la création de leur entreprise. Ce contrat est renouvelable une fois. Au total, le contrat d’autonomie doit être proposé à 15 000 jeunes par an, pour un coût attendu de 250 millions d’euros sur 3 ans.

Les dysfonctionnements n’épargnent pas non plus la mise en place du « busing », une trouvaille américaine, censée favoriser une plus grande mixité sociale dans les écoles. Le Président de le République, Nicolas Sarkozy avait fixé l’objectif de 50 communes. Fin 2008, seules sept communes expérimentaient ce modèle d’affectation des élèves des quartiers dans des écoles plus favorisées.

Seule bonne nouvelle, le gouvernement a annoncé le déblocage anticipé de 350 millions d’euros pour la rénovation des quartiers sensibles. D’ici 2013, c’est une enveloppe de 12 milliards d’euros qui est prévue.

Photo de François Lafite

Commentaires

Tout n'est qu'utopie...l'argent ne change pas les mentalités au fond...Les gens qui vivaient il y a quelques années en banlieu n'ont pas eu besoin de Plan pour s'en sortir alors....permettez moi de douter!!!Par contre, ce qui grave c'est de constater les sommes investies pour la plupart à perte, mise à part celles qui le sont pour rénovation d'habitation (encore faut-il que ces travaux soient respectés par la population..;encore un souci!!!)Bref, les banlieues sont devenues de gouffre financier et je pense quel e contribualbe français devrait avoir son mot à dire lorsqu'il s'agit d'argent public aussi mal employé (il y a des secteurs largement plus en crsie et qui ne bénéficient pas d'autant de générosité)

Écrit par : helene | 03/02/2009

businessbondyblog.20minutes-blogs.fr sera le blog idéal pour quiconque veut en savoir sur ce sujet. Vous savez beaucoup de sa pratique difficile d'argumenter avec vous (non pas que j'ai vraiment voudrait). Vous devez absolument mettre une toute nouvelle sur un sujet thats écrit sur des années. Des choses fantastiques, tout simplement excellents!

Écrit par : мебель из сосны | 11/06/2012

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu