Avertir le modérateur

« Entreprendre autour d’un verre | Page d'accueil | Comment réussir votre entretien annuel d’évaluation ? »

« Clés de l’avenir » : les entrepreneurs appréhendent l’embauche de détenus

19/12/2008


Le buffet d’après-réunion était plutôt bruyant cet après-midi-là au siège de la société de recyclage Paprec, à La Courneuve. La réunion, organisée par le Medef 93 Ouest, avait soulevé bien des questions parmi la petite trentaine d’entrepreneurs présents. Venus découvrir « Les Clés de l’avenir » et surtout savoir s’ils pourraient compter ou non parmi leurs futurs employés des détenus et ex-détenus, ils ont réagi, en professionnels, avec prudence.

« L’opération semble bien engagée mais quelques portes doivent encore être ouvertes, commente l’envoyé de L’Oréal, il faut qu’on connaisse mieux les processus. On a besoin de savoir quelle est l’origine de la peine. Quelqu’un qui est condamné pour alcoolémie ou atteinte aux mœurs, c’est différent. » Sa voisine, de chez AFNOR, insiste sur cette nécessaire « transparence » : Son entreprise emploie plus de 60 % de femmes alors « si un homme a été condamné pour violences conjugales, ça a une importance », estime-t-elle.

Autre préoccupation de l’assemblée : la rapidité de la procédure. Plusieurs rappellent que leur besoin en matière d’embauche sont bien souvent urgents. Comment allier cette composante essentielle du recrutement avec le temps de la justice, de l’administration pénitentiaire ou encore de la formation ? « Embaucher demande beaucoup de temps, explique la DRH d’une compagnie de sécurisation de logements vacants. On doit s’y retrouver au niveau de la réactivité. Et puis, s’inquiète-t-elle, il y a tous les problèmes liés à l’aménagement de peine : si un détenu ne la respecte pas, qu’il a du retard en rentrant du travail, il retourne en prison, et nous ? que fait-on avec un employé en moins du jour au lendemain? »

D’autres – et l’on se demande ce qu’ils faisaient à cette réunion – sont catégoriques. « Vous voulez des détenus dans votre salon ? Vous leur ferez confiance ?, lance un entrepreneur dans le bâtiment. Nous sommes assez sectaires dans ce milieu. On ne pourra pas prendre de détenus. »

Tous les partenaires des « Clés de l’avenir », ici présents, n’avaient pourtant pas ménagé leur peine. Sans cacher les difficultés que cela pouvait engendrer, ils avaient tous mis en avant l’intérêt social – même sociétal – de l’opération mais également économique de cette réinsertion par le travail. « Une initiative généreuse et en même temps connectée aux valeurs de l’entreprise », défendait Abdel Aïssou de Vediorbis, qui a déjà employé un ancien détenu et s’apprête à en embaucher 4 autres. « L’idée est d’éviter qu’ils passent par la case RMI ou assistanat, ajoutait le directeur général délégué. Le risque de retour en arrière est alors grand. »

Monsieur Molins, Procureur de la République de Seine-Saint-Denis, s’était concentré sur l’implication de la société civile « dans son ensemble » en matière de réinsertion des détenus et sur l’importance du rôle des entreprises dans cette « volonté commune de servir l’intérêt général ». Pascal Viguier du GEPSA avait détaillé tout le travail d’orientation et de formation effectué en amont par son entreprise auprès des détenus et terminé par un « S’il-vous-plaît, aidez-nous. » Madame la préfète déléguée à l’égalité des chances de Seine-Saint-Denis, Christiane Barret, après avoir salué cette « rencontre un peu improbable » entre l’Etat, la Justice et les entreprises, avait insisté : « On ne peut rien faire sans vous (…) L’égalité des chances s’inscrit complètement dans les activités des entreprises. »

Toutes ces explications destinées à faire comprendre aux entrepreneurs que le détenu était parfaitement encadré avant et après sa sortie n’ont peut-être pas eu l’effet escompté. Les entrepreneurs l’ont tous ou presque concédé, ils découvrent un monde qui leur est inconnu et dont ils redoutent la lourdeur. C’est vrai, dans certains secteurs, ils ont besoin de main d’œuvre mais beaucoup attendent de voir. Quels types de profils seront proposés ? Comment organiser l’accueil de ces employés ? La formation correspondra-t-elle vraiment à leurs besoins ?... Beaucoup de questions restent en suspens.

Raynald Rimbault, délégué général du Medef 93 Ouest, à l’initiative des « Clés de l’avenir » est bien conscient des interrogations – pour ne pas dire inquiétudes – de ses collègues. Il sait que le choix des premiers détenus candidats sera décisif. « L’objectif de ce test est qu’il réussisse. Nous choisirons les détenus susceptibles d’être intégrables en entreprise le plus rapidement possible », assure-t-il. Lors du premier semestre 2009, les premiers CV de détenus seront envoyés aux entreprises volontaires et un forum de l’emploi aura lieu à la Maison d’arrêt de Villepinte.

Commentaires

Je suis agréablement surpris de cette initiative,actuellement en poste sur Villepinte chez GEPSA,je souhait me joindre a MR Pascal VIGUIER CUP de Villepinte en seine saint Denis pour mener a terme ce projet d'intégration et de réinsertion social en milieu hostile collaboration avec le MEDEF93 Ouest et les différents acteurs de l'action "S-il-vous plais aidez nous "j'espère que la démarche entreprise porteras ses fruits ,afin de sensibiliser la population carcéral et pourquoi pas faire ,avec l'aide des associations,une diffusion plus général de l'information sur le territoire.
Cordialement MR MAZARI.

Écrit par : MAZARI | 15/02/2009

Mon fils vient d'être condamné à 18 mois de prison, il souhaite faire une demande de bracelet electronique, pour cela lui faut trouver un cdi, l'entrepreneur a t il droit à des aides à l'embauche ?
cordialement
C.Meunier

Écrit par : meunier | 19/05/2010

Mon concubin a été condamné a 4mois de prison ( bagarre avec trois facteurs agravant) mon patron souhaiterait l' embaucher mais il aimerait etre mieux renseigné et biensure s'il y a des avantages ou non.

Écrit par : M.Sarah | 22/05/2010

Bonjour ,

Voila j'ai un ami qui est en prison depuis 12ans il a demander une liberté provisoire on lui demande de trouver un patron. Il est motivé à s'intégré à refaire sa vie. Je veux tous faire pour l'aider parce qu'il lui reste que 15 jours pour trouver une promesse d'embauche mais les patrons sont trop retissant quand ils entendent le mot "détenu". Mais chacun a droit de faire des erreurs il a payer se qu'il a fait je pense qu'il faut lui donner sa chance maintenant, après 12 ans je me dit qu'on a le temps de réfléchir sur les erreur de jeunesse qu'on a pu faire.
Donc voilà je voudrais savoir se que je pourrai faire pour lui trouver une promesse d'embauche au plus vite merci

Écrit par : mj | 10/06/2011

l'entrepreneur a t il droit à des aides à l'embauche ?

Écrit par : Nike free sale | 19/08/2011

avec l'aide des associations,une diffusion plus général de l'information sur le territoire.

Écrit par : tina | 19/08/2011

Voila j'ai un ami qui est en prison depuis 12ans il a demander une liberté provisoire on lui demande de trouver un patron. Il est motivé à s'intégré à refaire sa vie. Je veux tous faire pour l'aider parce qu'il lui reste que 15 jours pour trouver une promesse d'embauche mais les patrons sont trop retissant quand ils entendent le mot "détenu". Mais chacun a droit de faire des erreurs il a payer se qu'il a fait je pense qu'il faut lui donner sa chance maintenant, après 12 ans je me dit qu'on a le temps de réfléchir sur les erreur de jeunesse qu'on a pu faire.

Écrit par : como bajar de peso | 05/09/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu