Avertir le modérateur

« Personne aux Prud'hommes | Page d'accueil | «Créer des passerelles vers l’emploi» »

Loumia Hiridjee, l’ironie du sort

04/12/2008


Princesse Tam Tam parle à toutes les femmes de 15 à 50 ans. Cette marque née en 1985 a révolutionné l’approche de la lingerie : plus femme que Petit Bâteau, moins racoleuse qu’Aubade, en coton, en soie, marron, rose, ni trop sexy ni trop girly, c’est de la lingerie « ni pute ni soumise ». Quelle fille de ma génération n’a jamais porté ces dessous ?

En plus d’un exploit marketing, (Princesse Tam Tam est estimé à plus de 70 millions d’euros) c’est une vraie success story personnelle que celle de Loumia Hiridjee, la fille de marchands Indiens installés à Madagascar, puis venue suivre des études en pensionnat, en France, qui arrivera à fonder avec sa sœur Shama une marque à contre-courant de la mode du moment : princesse Tam Tam, en hommage à Joséphine Baker. Son mari, Mourad, les rejoindra et ils finiront par vendre l’affaire à une firme japonaise, pour retourner en Inde, se lancer dans le « luxe low-coast » animés toujours par cette envie d’entreprendre, alors qu’ils auraient pu prendre une préretraite dorée à moins de 50 ans chacun.

Convaincue que rien n’était impossible, engagée pour la diversité notamment au sein du Women’s Forum, l’organisation qui milite pour l’égalité hommes-femmes, elle était aussi co-auteur (toujours avec sa sœur) du livre Je monte ma boîte, un véritable manifeste du « tous entrepreneurs ». Un de ses derniers projets aboutis, Terra Femina, mon site préféré, qu’elle a porté avec d’autres femmes. Comme princesse Tam Tam, il prend la tendance à contre-courant pour aller chercher les femmes là où elles sont, et leur parler de ce qui leur plaît : leur famille, leur carrière, l’actualité et surtout la solidarité. Et Loumia Hiridjee avait décidé de lancer depuis Bombay une version de ce site pour les femmes Indiennes, opprimées de toutes parts.

Je ne pouvais pas deviner qu’au moment même où je faisais part de mon admiration pour elle, on apprenait en France, le 26 novembre dernier, que Loumia, la musulmane, avait été tuée par des terroristes islamistes ! Que celle qui, dit-on, envisageait de se lancer dans l’hôtellerie de luxe, avait été retenue prisonnière… dans un hôtel de luxe ! Cruelle ironie…

De retour chez moi, le soir même, je m’étais justement décidée à chercher ses coordonnées pour la contacter et l’interviewer sur son parcours d’entrepreneuse, de femme, de militante, de mère, d’immigrée… Au moment exact où je tapais son nom sur Google, en me demandant s’il y avait un "e" ou deux, une phrase stridente sortie de l’écran de télévision, fond sonore permanent de mon appartement, attire mon attention « Deux Français seraient parmi les victimes de la prise d’otage de Bombay ». « Et la voix sortie de l’écran poursuit : « Oui, nous en avons la confirmation à l’instant, il s’agit de la fondatrice de la chaîne de lingerie Princesse Tam-Tam et de son mari. » Je m’arrête de taper sur le clavier. J’écarte mon ordinateur, comme s’il était en cause. Je me trouve un peu bête avec la moitié de son nom affichée dans ma fenêtre de recherche Google. Horrible ironie…

Mais l’annonce de sa mort elle-même me laisse un arrière goût aigre-doux : Faut-il attendre un moment aussi triste pour qu’on dise « Deux Français » ? Comme si, quand l’émotion prenait la place de la raison, quand les médias s’arrêtaient de chercher des termes politiquement corrects, il n’existait alors plus de « minorité visible », plus de « discrimination positive », plus de « Français issus de l’immigration » : il y a deux Français, Loumia et Mourad, il y a deux morts. Je ne peux pas m’empêcher de noter qu’on dit aussi, pour une fois, « Loumia Hiridjee et son mari » et non « Mourad Amarsy et sa femme ». Et de penser que jusque dans sa mort, malgré elle, Loumia Hiridjee aura indirectement fait avancer les causes qui lui tenaient à cœur. Sublime ironie….

Ils ont été inhumés au funérarium de Clamart le 1er décembre. Dire au revoir à quelqu’un à qui on n’a jamais dit bonjour, c’est aussi ça, l’ironie du sort. Sur le site de Princesse Tam Tam, dans le questionnaire de Loumia, comme un message posthume, celle qui était une figure de proue pour de nombreuses femmes, de nombreuses mères, de nombreux immigrés, de nombreux entrepreneurs, affirmait n’avoir ni héros ni modèle, car « nous sommes tous uniques ». Et à la question « Que refusez-vous ? », elle répondait : « L’injustice du sort ». Je pense à la tristesse de tous ceux pour qui elle fut et sera un modèle malgré tout, et je pense au désespoir de ses trois enfants, dont elle indiquait qu’ils étaient « sa raison de se lever le matin » et qui, eux aussi, eux surtout, se trouvent confrontés à cette sinistre, à cette injuste, à cette ultime ironie du sort.

Commentaires

J'avais la chance de connaître Loumia de loin en loin... Belle personne...

Écrit par : Karen | 04/12/2008

Un très bel article, un très bel hommage pour une très belle personne...

Écrit par : Camille | 04/12/2008

Très émouvant Marlène, bel hommage en effet.

Écrit par : lie | 04/12/2008

J'ai tout appris sur princesse tam-tam en lisant cet article. Dommage que leur histoire se termine de cette façon. Bravo pour ce bel article.

Écrit par : Anna | 04/12/2008

Magnifique article et bel hommage pour une belle personne.

Écrit par : Klervi | 04/12/2008

Bel hommage à une femme formidable

Écrit par : SophieLee | 04/12/2008

Super article. Mise en valeur de l'ironie du sort. Une pensée pour les enfants.

Écrit par : Frédérick Warembourg& | 04/12/2008

Je ne connaissais pas du tout cette ligne de vêtements et donc Loumia Hiridjee, mais j'imagine la stupeur et le choc que tu as dû avoir Marlène en te rendant compte que parmi les 2 victimes françaises de ces attentats figuraiet celle que tu comptais interviewé..


Avant Obama, elle a compris que tout était possible (ne dit-on pas "impossible n'est pas français" après tout?..) et elle a su se forger son propre destin jusqu'à ce jour funeste où la haine a stopé net cette belle aventure..
Puisse d'autres reprendre son flambeau!

Écrit par : Romuald | 04/12/2008

Super article, merci grâce à vous j'ai le nom des fondateurs de la marque "Princesse Tam Tam" que j'adores... Quelle tragédie.
Cet article, leur rend hommage. BRAVO.

Écrit par : Sane, Awa | 04/12/2008

un bel hommage que tu as ecrit Marlene,un triste coup du sort
Cette femme mérite ce bel article

Écrit par : méla | 04/12/2008

bel article marlène...moi aussi sa mort et celle de son mari m'ont touché comme si je la connaissais..j'avais suivi son parcours et sa belle réussite surtout pour une femme d'origine comme on dit...

Écrit par : nadia | 04/12/2008

très bel article je connaissait personnellement toute la famille, je les voyaient en vacances tous les étés , je suis anéantie, je n'arrive toujours pas a le croire, c'était une famille de grand sportif, loumia et mourad voulaient donner le gout du sport a leurs enfants et ils avaient réussi ils me restent des grands souvenirs sur les court de tennis je les aimes tant une grosse pensée pour nany, les enfants et toute cette magnifique famille

Écrit par : rocchia nathalie | 04/12/2008

Un grand merci Marlène pour ce magnifique article!!!
Cela fait plusieurs années que je travail dans leur société et je peux vous dire que cela a été plus qu'un choc lorsque nous l'avons su. Je n'arrive toujours pas à le croire, toujours pas à me dire que je ne les croiserai plus dans les couloirs de la société (cela faisait toujours chaud au coeur), ne plus voir leur sourire, ... ... ...
Loumia et Mourad resteront à jamais un couple d'exception, un couple modèle, un couple au grand coeur, gravé dans ma mémoire et dans mon coeur. Les souvenirs sont éternels.

"Aime et le reste suivra" Loumia et Mourad nous l'ont démontrés!

Écrit par : Nathy | 05/12/2008

Merci pour tous ces temoignages exprimes pour le deces de ma niece Loumia et son mari Mourad. Ca nous va droit au coeur.Merci encore de les avois apprcies a ce point.

Écrit par : hiridjee bashir | 09/12/2008

Euh... combien de "Beurettes" peuvent s'offrir du Princesse Tam-Tam ???

Écrit par : Rachid | 20/12/2008

Marlene, superbe article et tres bel homage a ce couple hors du commun...j etais l associe de Mourad et Loumia en Inde pendant un an...J ai cotoye ces deux personnages quotidiennement (surtout Mourad), oui vendre les marques des autres ce n etait pas la passion de Loumia. J ai bcp appris a leurs cotes aussi bien d un point de vue professionnel que personnel. J espere qu il repose en paix et je souhaite a leurs trois enfants beaucoup de courage pour surmonter cette immense epreuve.

Écrit par : Gregory | 06/01/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu