Avertir le modérateur

« Les élèves de banlieue ont de bonnes notes | Page d'accueil | Les zones franches urbaines : Bien, mais peut mieux faire »

Sale coup pour les banlieues : les zones franches urbaines poignardées dans le dos

24/11/2008


Sur les 26 ZFU franciliennes, près de 15 000 entreprises (plus de 45 000 dans toute la france et 130 000 employés) sont concernées par la réforme. Cette comptable, qui travaille elle-même dans une ZFU, a tout de suite imaginé les conséquences d’un changement aussi soudain. « Cette mesure va à l’encontre de tout ce que nous annonce le président de la République, s’insurge-t-elle, non seulement sur la conjoncture financière actuelle mais aussi sur le développement des banlieues en général. » Depuis plusieurs jours, elle a pris la tête d’un mouvement qui fédère des clubs d’entrepreneurs du 93, multiplie les courriers aux ministères et interpelle les élus de tous bords.

Depuis 1996, les ZFU sont des zones prioritaires dans lesquelles l’État a voulu relancer l’activité économique et favoriser l’emploi en accordant des avantages fiscaux aux entreprises qui s’y installaient. Si elles remplissent un certain nombre de critères – et notamment celui d’avoir plus d’un tiers de leurs salariés issus d’une zone urbaine sensible – pendant 5 ans, elles ne payent pas de charges telles que la taxe foncière, l’impôt sur le bénéfice et certaines charges sociales. Des allègements qui sont ensuite dégressifs d’année en année. « Un véritable pied à l’étrier », estime Sylvie Durand.

Pourtant, l’article voté à l’Assemblée Nationale modifie ce régime : « Au bout de ces 5 années, les exonérations s’arrêteront nettes », résume Victorin Gopkon, animateur d’une fédération francilienne d’entrepreneurs en zones urbaines sensibles, la Fifel ZUS. « Les chefs d’entreprises s’affolent. Ils n’avaient du tout prévu ça dans leur budget. Comment investir et embaucher dans ces conditions ? Sans compter le contexte économique… »

« S’installer dans des quartiers difficiles comporte certains risques, continue Claude Attias, président de la Fifel ZUS, si l’on enlève ces avantages, les entreprises installées – particulièrement les plus jeunes – seront en danger et les quartiers dans lesquelles elles se sont implantées également. » Lui qui travaille à Sevran-Beaudottes en sait quelque chose, la plupart des entreprises voisines ne se seraient jamais implantées sans incitations fiscales. Il faut bien compenser le manque de transports, la difficulté à trouver une main d’œuvre qualifiée ou encore les problèmes de sécurité, explique le président.

Cette diminution des exonérations ferait économiser 100 millions d’euros à l’État mais pour ces entrepreneurs, c’est un mauvais calcul. « Ils vont perdre bien plus si cet article n’est pas amendé, poursuit Claude Attias. Nous avons fait un petit sondage autour de nous et près de 30 % des gens risquent de fermer leur boîte dans les 5 prochaines années… sans compter les licenciements. »

« On leur a dit de faire des économies au gouvernement, alors un directeur de cabinet du fond de son bureau a dû penser aux ZFU, ironise-t-il, mais il ne faut pas oublier les banlieues au profit du national. La France est liée à ses banlieues, elles sont son vivier. » Et Victorin Gokpon de rappeler : « Une quinzaine de ZFU avaient été créées début 2006, juste après les émeutes. Une réponse aux violences urbaines, conclut-il, une preuve aussi qu’on savait que c’était efficace. »

Tous ces entrepreneurs ont interpellé les députés de leurs circonscriptions, parmi lesquels Eric Raoult (UMP) et Élisabeth Guigou (PS) qui ont promis de plaider leur cause auprès du gouvernement. La Chambre du Commerce et d’Industrie de Paris a déposé un amendement auprès du Sénat. Pour l’instant aucun résultat. Le débat au Sénat doit commencer à la fin du mois.

Commentaires

On ne va pas les subventionner à vie ces entreprises de banlieue ... 5 ans d'exo c'est déjà pas mal non ? faut arrêter le délire. Il y a des jeunes entrepreneurs qui n'ont aucune aide à part l'acre pour un an !

Écrit par : zouzou | 24/11/2008

"Modifié en douce", c'est le cas de le dire !

Écrit par : Al-Kanz | 24/11/2008

C'est normal de plafonner a 5 ans les aides , mais il faudrait aussi
controler les criteres d'attribution car pour certaines entreprises leur
domiciliation en ZUS n'a pas donner d'emplois pour les jeunes de banlieue

Écrit par : lukes | 24/11/2008

modéré: troll

Écrit par : utilisateur banni | 24/11/2008

Artisans aux Mureaux (en ZFU) nous nous sommes fait agressé 3 fois et nous avons un mal fou à trouver de la main d'oeuvre. Notre seul intérret à rester est la défiscalisation. Si elle disparait du jour au lendemain il est clair que nous déménageons ... et nous ne serons malheureusement pas les seuls.

Écrit par : Mme VOLPÏ | 24/11/2008

surtout ou sont passer les formation promisse par le chef de l etat pour tous ces jeunes ,combien de temps on va les laisser trainer dehors pour se plaindre apres.
tous ces jeunes qui ferait avancé la france economiquement,qui pour l instant ce sentent inutile ,enfin bref on es mal barré en france,le gouvernement prefere le feu

Écrit par : djani | 24/11/2008

modéré: troll + commentaire raciste

Écrit par : utilisateur banni | 24/11/2008

Vous me faites bien marrez les commentaires haineux et gratuits, on parle ici de 100 millions d'€ , une paille a coté des exonérations de charges dont bénéficient les très grosse boites qui font du très gros bénéfice, le chantage à la délocalisation ça vous parle?
Ayant mois même monter une boite sans être dans une zone franche et bien qu'est-ce que j'ai payer en taxes en tout genre alors même que j'ai pas fait de bénef. résultat, manque de trésorerie, clef sous la porte, mais l'état à bien pris ça part merci.

Voila juste pour dire qu'il faudrait voir à pas ce tromper de cible quand on veut faire des économies, mais en même temps Sarko doit pas avoir de potes qui ont des boites dans des ZFU, ça manque de standing et de millions ...

Écrit par : Tox | 24/11/2008

modéré: troll

Écrit par : utilisateur banni | 24/11/2008

Comme toujours, il y a des gens qui ne comprennes rien aux debats.

On parle de developpement de zones "sensibles" par l'aide aux entreprises et ça nous parle de sauvage qui brulent leur propre maisons! Les esprits simple se multiplient par ces temps de haine collective.

Mais c'est vrai ça parait logique qu'un etre vivant detruise sont propre habitat par le simple fait que ce soit un sauvage. Il vaux mieux voir les choses simplement manquerais plus qu'on ai à reflechir maintenant!!!

Bravo pour tout vos commentaires qui ne montre qu'une chose : vous etes des moutons qui n'arrivent pas à analyser un fait autrement que part le JT de TF1.
Bien sur les personnes plus "complexes" auront compris que je ne les vise pas.

Écrit par : Le Gaston | 24/11/2008

Comme toujours, il y a des gens qui ne comprennes rien aux debats.

On parle de developpement de zones "sensibles" par l'aide aux entreprises et ça nous parle de sauvage qui brulent leur propre maisons! Les esprits simple se multiplient par ces temps de haine collective.

Mais c'est vrai ça parait logique qu'un etre vivant detruise sont propre habitat par le simple fait que ce soit un sauvage. Il vaux mieux voir les choses simplement manquerais plus qu'on ai à reflechir maintenant!!!

Bravo pour tout vos commentaires qui ne montre qu'une chose : vous etes des moutons qui n'arrivent pas à analyser un fait autrement que part le JT de TF1.
Bien sur les personnes plus "complexes" auront compris que je ne les vise pas.

Écrit par : Le Gaston | 24/11/2008

Pourquoi tant de haine et de violences dans vos commentaires ? Je suis affligée de voir les réactions de petits beaufs fonctionnaires et/ou réactionnaires qui n'ont jamais connu la galère et sans une once d'humanité pour les difficultés que rencontrent les gens aujourd'hui malheureusement trop souvent.

Tout comme notre cher président (le roi de la démago...) vous ne voyez que par le petit bout de la lorgnette et en aucune façon sur le long terme qui est le seul point de vue pertinent. Pensez vous vraiment que supprimer les aides dans les villes les plus défavorisées aidera à faire évoluer les choses dans le bon sens ? Dans un contexte de crise économique mondiale, de récession et d'augmentation du chomage il est certain que cette décision (prise en douce, oui) aidera tous les entrepreneurs sincères qui se battent au quotidien !

Seul "ALLEZ ECOUTER " a une analyse a peu près intelligente et juste.

Moi je suis écoeurée de voir le comportement d'un président qui préfèrera toujours privilégier les mêmes et taper sur les plus faibles au prétexte de "qui veut peux" ... et bé non ! Mais tout ça mériterait un plus large débat que des commentaires de petits roquets indifférents à la souffrance du monde.

Écrit par : bibou | 24/11/2008

J'avoue ne pas comprendre certaines personnes. D'un côté on se plaint que les entreprises reçoivent des subventions et qu'il faut arrêter car ce n'est pas normal et de l'autre des entreprises des banlieues reçoivent des subventions supplémentaires aux premières et on devrait les laisser?

Écrit par : fred | 24/11/2008

Le problème principal réside de la variabilité des décisions politiques et législatives : les lois sont votées, les entrepreneurs prennent des décisions en fonction et les lois évoluent, non seulement pour les nouveaux entrepreneurs mais aussi pour ceux qui avaient pris des décisions en fonction des textes de l'époque. Le contexte économique est fluctuant : il s'y ajoute un aléa supplémentaire, la remise en cause de mesures antérieurement votées.

Écrit par : POT | 24/11/2008

Cinq ans d'exonérations, c'est déjà beaucoup. Le problème c'est la distorsion de concurence entre les entreprises d'un même secteur. Tout le monde a besoin de travailler et pas seulement les habitants des banlieues difficiles. Pas mal d'entreprises profitent du système jusqu'à épuisement et s'en vont par la suite dans des endroits civilisés où elle peuvent trouver des employés vraiment qualifiés, où elles ne passent pas leur temps à réparer les dégradations, se remettre du dernier braquage ou faire changer les portes et fenêtre à cause du cambriolage du mois, sans oublier les petits chantages à l'embauche de personnels inqualifiables. Voir par exemple les désappointements de M. Luc BESSON.

Écrit par : Gilles | 24/11/2008

C'est normal, il faut trouver de l'argent. C'est 100 millions d'économiser qui serviront à alimenter les milliards que le gouvernement va donner à Renault et à PSA pour fabriquer des voitures en slovénie et fournir des dividendes à leurs actionnaires

Écrit par : Ced | 25/11/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu