Avertir le modérateur

« Le recrutement & Internet, une relation d'avenir | Page d'accueil | La NACRE »

Hadj Khelil veut «banaliser la réussite». Mais la sienne reste une histoire incroyable

25/11/2008


D’accord, mais comment cacher le fait qu’il a fondé à 27 ans une société de négoce en matières premières, Bionoor, spécialisée dans l’importation de dattes, dont il est sept ans plus tard le patron heureux et prospère ? Hadj Khelil, lui, fustige la « théorie de la stigmatisation », de « l’artificiellement exceptionnel » : « Même quand ils me connaissent, les petits du quartier – il est installé à deux pas de la cité des Trois Mille à Aulnay-sous-Bois – me disent : “On ne pourra jamais faire comme toi” ! » Il milite donc pour une « banalisation de la réussite ».

 

« J’ai fait le choix de m’installer ici parce que c’est une zone franche, poursuit-il, mais aussi parce que j’ai compris que mon activité pouvait renvoyer un signal positif... Si les bons s’en vont, faut pas s’étonner que ça pète. » Et pour l’entrepreneur, les problèmes des banlieues ne sont pas liées à « des questions d’argent ou de désenclavement » : « Ce qu’il faut leur inculquer à ces jeunes, c’est le besoin d’aller plus haut. »

Il s’interrompt : « Vous voulez une datte ? Elles sont de l’année dernière car la récolte de cette année a lieu en ce moment même. »

 

Le récit de sa vie commence ainsi : « J’ai eu toute la chance qu’on peut avoir, alhamdulilah ! » De la boutique de son père – avocat et procureur en Algérie, réparateur de télé à Barbès à ses amours pour une maîtresse de maternelle qui lui ont donné le goût de l’école ; de son prof d’anglais génial au lycée Delacroix de Drancy à la fac de Saint-Denis, de Sup de Co à Paris à la mythique université britannique d’Oxford. Le tout agrémenté de petits boulots dans la sécurité et de folles nuits parisiennes... « Une relation à la vie qui m’a rassasié » et qui lui fait dire aujourd’hui qu’« en banlieue, on peut avoir une jeunesse géniale ».

 

« Vous voulez du chocolat ? Il est bio. » Car, en plus des dattes, il vend aussi du chocolat, de l’huile d’olive et des pâtisseries…explication sur le site de Bionoor où on lit que toute l’équipe « œuvre pour redonner toutes ses lettres de noblesse aux produits du terroir oriental ».

 

A la sortie d’Oxford, Hadj Khelil (Hadj parce qu’il est le premier mâle né après la mort de son grand-père qui avait fait 7 fois le pèlerinage à La Mecque) rentre dans une salle de marché à la City, cœur de la finance londonienne et mondiale. Il y reste 5 ans à « bouffer des équations dans tous les sens ». Peu à peu, il réalise qu’il voudrait faire quelque chose « plus en harmonie » avec lui-même. Cette période coïncide avec ce qu’il appelle « l’éveil de [sa] spiritualité ».

 

Il s’arrête, s’enfonce dans son canapé noir « plus sympa pour discuter » et cite Descartes : « se rendre maître et possesseur de la nature ». « On a perdu tout un pan de la sensibilité humaine dont la spiritualité est le vecteur principal », explique celui qui est aujourd’hui un musulman pratiquant. « C’était ma façon de le retrouver. Je suis moins rationnel que spirituel. »

 

Mais revenons-en au rationnel. Il se redresse : « Quitte à bosser 18 heures par jour, je me suis dit que je préférais bosser pour moi. Et à force de pédaler dans les dérivés sur les taux d’intérêts, je voulais du concret, j’avais envie de matières premières. » Attention, prévient-il, on entre dans sa période « J.R. Ewing ». Pétrole et métaux étaient inatteignables – « il fallait des centaines de milliers d’euros de fonds de départ » – il a donc continué ses études de marché jusqu’à ce que ses oncles lui rappellent que sa famille, en Algérie, possède depuis près de 200 ans des exploitations de dattes à la dérive. « Je n’avais même pas percuté. »

 

Il se frappe le front et investit d’un coup toutes ses économies londoniennes. La première année, ses exploitations sont ravagées par les criquets. La deuxième, les dattes arrivent en France pourries : il avait négligé l’emballage. « Des cartons low cost et locaux », s’amuse-t-il aujourd’hui. À l’époque, le coup a été dur. Il ne s’éternise pas et enchaîne : « Nous avons travaillé avec d’autres producteurs et implanté les premières cultures bio d’Algérie. En ce moment, on travaille, non sans difficulté, sur le commerce équitable. » De 2 tonnes de marchandises la première année, Hadj Khelil est passé à l’année suivante à 4 puis 8, 16, 32… Aujourd’hui, sept ans plus tard, il en est à 200 tonnes.

 

Depuis, il a diversifié sa production, traite avec de nombreux exploitants, livre chez Carrefour comme chez Fauchon, donne pour 20 000 euros de produits aux Restos du cœur et au Secours catholique à Noël. Mais là, il faut vraiment qu’il arrête de parler. Il a raté la prière de 15 heures dans la mosquée d’à côté – promis, il va la rattraper – et bientôt le début du cours de boxe de la salle Marcel Cerdan, en face, où il s’entraîne avec les jeunes du quartier.

 


Commentaires

Génial ! Depuis sa première intervention sur BFM dans l'émission L'Entreprise je cherchais son site. A la radio, il était déjà sympathique, là en vidéo, bien plus encore.
Merci pour ce reportage

Écrit par : Al-Kanz | 25/11/2008

Franchement, il est parfait ce jeune homme :)
Non, je rigole ! Ce qu'il nous prouve c'est que tout ne tombe pas du ciel. Créer une entreprise, ca veut surtout dire résister aux tempêtes. Ca serait trop simple si tt marchait sans aucune difficulté.
Encore bravo Hadj ! (et aussi bravo aux journalistes du BB)

Écrit par : paslag | 26/11/2008

le parcours est tres intéréssant : de la banlieue aux hautes finances en revenant en algérie : plus que de la volonté, il faut croire en soi avant tout car investir en algérie même moi je l'aurai déconseillé..d'origine algérienne, je trouve ce pays trop instable pour investir..bravo pour cet entrepreneur!

Écrit par : nadia | 27/11/2008

Yes Hadj, you are the best!
Lolo

Écrit par : laurence | 28/11/2008

BRAVO COUSIN BON COURAGE

Écrit par : KARIM | 13/12/2008

bravo hadj , bon contunuation , que bon DIEU taidera, rabbi yaaonak,

Écrit par : mohamed | 08/02/2009

bravo hadj , je cherche svp ladress de hadj khelil , quelqun pour maisser de trouver ladress ? merci davance

Écrit par : mohamed | 08/02/2009

J'aurais envie de dire qui ne tente rien n'à rien, je n'ai aucun dîplome en poche, mais à force de travail j'ai réussi la ou j'en suis à 50 ans, avoir confiance en soit c notre force, nous sommes tous des êtres humains, même si ns n'avons pas eu le même départ, baton nous, ne comptons pas nos heures de travail car tout cela paye, il y aura des hauts et des bas, mais c tellement bon de rebondir, ont apprend tout les jours, écoutez toujours les bons et mauvais conseil. J'ai maintenant quitter la France et je suis installez en Tunisie depuis quatre ans, j'ai avec mon mari créer une Agence immobilière ZITOUNAIMMOBILIER.com, et cela marche très bien, je vous incites à allez de l'avant, tout le monde peut réussir;
Nadia

Écrit par : hamache | 20/02/2011

Bravo Hadj banaliser la réussite c'est ce que nous nous efforcons de transmettre aux décideurs, en vain.
au sein de notre équipe "l'écurie éphémère" la question de réussite ne s'est pas posée l'évidence est-elle que l'on se la pose pas.la vrai question est :les réseaux a qui sont t-ils profitables a la classe d'en bas?.on est en plein réflexion Pour 3OOOO euros nous n'avons d'autres choix que de nous établir a l'étranger . LE manque de courage des décideurs face a un tel projet prometteur nous a convaincu d'aller voir ailleurs . plusieurs amis nous ont confirmés qu'a Londres ,au Canada ,en Belgique notre projet aurais vu le jour illico sans l'aspect négatif que nous renvoient les décideurs financiers .Des Francs Moisins a Nancy le combat est le meme :sans issue;HADJ continue de donné du courage a nous autres ,les 1OO espoirs.BRAHIM

Écrit par : brahim | 20/02/2011

no comment!!seulement continuer ainsi,bravo!!vous êtes génération de demain haziz......

Écrit par : lahouari | 21/02/2011

je voudrais contacter monsieur Hadj Kelil dans le cadre de ma recherche d'emploi

Écrit par : lamari | 22/02/2011

je souhaite avoir le n° DE TÉLÉPHONE DE MONSIEUR HADJ KHALIL POUR ME DONNE DES CONSEILLE POUR VENDRE MON Huile de olive bio de Algérie, merci

Écrit par : sahi | 22/04/2011

Bonjour Mr Hadj Khellil
Je vous félicite pour tout ce que vous faites
. Nous sommes une societe privée ( Deux frères associes ) de commercialisation et de distribution de dattes deglett nour , implantée à Ourlal près de Tolga et nous sommes natifs de BISKRA . Nous exportons nos dattes vers la France , et s il y a possibilte de créer un Partenariat ou une collaboration , nous sommes disposés Merci à Vous Mr ALOUI

Écrit par : Mr ALOUI | 04/10/2011

Bonjour Monsieur Hadj Khellil

Je viens de découvrir votre entreprise à l'instant, nous discutions sur un groupe sociale sur facebook quant une intervenante a publié votre site. Notre groupe c'est le réseau algérien des consultants indépendants. Je vous invite cordialement à venir nous joindre et voici le lien :

http://www.facebook.com/groups/consultants.independants/

En ce qui me concerne, je suis consultant à Oran, je me met à votre disposition si, éventuellement vous souhaiteriez investir en Algérie, avoir des terrains et pour des crédits bancaires, vous pourriez me joindre directement sur le groupe ou sur mon adresse e-mail : invest2010@live.fr

Enfin, Je vous témoigne mon profonds respect pour la ténacité et le bons sens dont vous faites preuve pour mener vos affaires et je vous souhaite bonne continuation

Écrit par : Lefkaier Zine el Abidine | 01/10/2012

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu