Avertir le modérateur

« « Si Areva reste composé d’hommes blancs, français, sortis des mêmes bonnes écoles, on ne va pas comprendre le monde ! » | Page d'accueil | Catherine Barba, trait d’union entre Web et banlieue »

Être pauvre dans un département riche…

27/10/2008

Par Nordine Nabili, rédacteur en chef du Bondy Blog

 

NordineNabili2.jpgLa planète finance traverse, actuellement, des temps difficiles. Rien ne va plus, la roulette coince. Les grands argentiers sont en caleçon. Ils pleurnichent et demandent l’aide du G8. Beau retournement de situation, ce sont les mêmes qui méprisent à outrance, dès que l’occasion se présente, l’État-providence !

 

 


Comme d’habitude, les contribuables vont devoir assurer le service après-vente pour remplir les caisses. Et qui sont les dindons de la farce ? Ceux qui se lèvent tôt et s’entassent dans le RER. Cette grande armée silencieuse de petites mains de l’économie française qui peuple les banlieues. Après le tumulte de la crise, voici venu le temps des restructurations annoncées. Cela s’appelle l’art de transformer une banqueroute en aubaine.

 

Dans un contexte comme celui-là, la variable d’ajustement humaine devient la priorité. Il y a le feu à la maison, personne ne criera au scandale. Le séisme psychologique et la mise en scène de ces dernières semaines rendent plus facile les licenciements présentés comme des mesures indispensables pour la survie du système. Et comme une mauvaise nouvelle n’arrive jamais seule, les villes de banlieues, déjà endettées jusqu’aux oreilles, cadenassées par des prêts à taux variables, vont devoir racler les fonds de tiroir en rognant sur divers services, notamment celui de l’aide sociale, des budgets pour les écoles ; de la culture et du développement économique.

 

Le président du Conseil général de la Seine-Saint-Denis annonce que la situation chaotique était antérieure à son arrivée aux affaires. Il n’en demeure pas moins que l’urgence n’est pas d’identifier l’auteur de la bérézina, mais surtout d’esquisser des hypothèses de travail pour sortir du marasme. Nada, à part un audit, rien à se mettre sous la dent pour retrouver un semblant de confiance. La solution proposée consiste à renégocier le taux des prêts et donc à étaler le poids de la dette sur quelques années supplémentaires. Point à la ligne. Avec ça, nous ne sommes pas sortis de l’auberge, le paradoxe du 93 restera donc entier : la Seine-Saint-Denis se situe dans le tiercé de tête des départements les plus riches de France, et concentre un taux de populations pauvres des plus élevés du pays !

 

 

Commentaires

bien dit !

Écrit par : lolita | 27/10/2008

tout à fait d'accord avec mr nabili on est tous contents que les banques les communes etc etc etc soient sauvés mais en attendant nous qui nous sauve, nous qui devons payer les pots cassés??

Écrit par : karim | 27/10/2008

Tout cela est fort bien dit.

On entend ici et là des voix s'élever contre le fait que qu'il n'y ait pas de représentant public au sein des Conseils d'Administration des banques qui auront bénéficié des mannes de l'Etat.

En un mot, l' Etat apporte l'argent mais n'a aucun moyen de contrôle sur l'usage qui en est fait.

Ce qui revient à dire, qu'à nouveau, on va nationaliser les dettes et privatiser les bénéfices.

Écrit par : Leïla | 03/11/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu