Avertir le modérateur

« Youpi, c’est la crise ! | Page d'accueil | Fadela, Claude, Sofiane et les autres... »

Krach 93 ?

23/10/2008

Par Élisa Mignot

 

S’il y avait eu une bourse du 93, elle se serait à coup sûr effondrée lundi dernier, suite à l’annonce de Claude Bartolone. Le président du Conseil Général de Seine-Saint-Denis a en effet tiré la sonnette d’alarme : le département est fortement endetté. En cause ? Des « subprimes à la française » qui, en raison de la crise financière, risquent bien mettre en faillite le département.

 

2350114208_949a285c7a_m.jpgLe socialiste a révélé ce jour-là que le département était endetté à hauteur de plus de 800 millions d’euros mais surtout que la somme à rembourser chaque année par la collectivité pourrait passer de 40 à 80 millions d’euros. D’après l’audit financier commandé par le nouveau président du 93, les « emprunts toxiques » constituent 97% de la dette du département. « Toxiques » ou « exotiques », a-t-on coutume de dire, car ces emprunts accordés par les banques à des taux variables sont indexés sur le cours du dollar, du yen, du franc suisse ou même du taux d’inflation américain. Ce qui les rend très dangereux. Le pourcentage de remboursement de ces emprunts est donc adossé à des taux qui non seulement fluctuent mais qui, avec la crise financière, ont une forte tendance à augmenter.


« Subprimes à la française », « bombe à retardement », « baril de poudre », Claude Bartolone, ne mâche pas ses mots, ni ses métaphores, pour décrire la situation. Il accuse la banque Dexia – principal créancier des collectivités locales – d’avoir vendu de tels produits financiers ; ses prédécesseurs de les avoir acceptés et les pouvoirs publics d’avoir laissé faire. La Seine-Saint-Denis n’est évidemment pas la seule collectivité qui risque gros. Toutes celles qui, dans les années 2000, ont accepté que des banques financent leurs dettes à des taux avantageux, certes, mais variables, sont concernées. Et aujourd’hui, les élus des collectivités endettées – Claude Bartolone en tête – demandent à revenir à une « gestion de bon père de famille ». Ils veulent renégocier leurs dettes et retourner à des taux fixes et moins risqués.

 

Pour Michel Klopfer, le consultant en finances locales chargé de réaliser l’audit explosif commandé par Claude Bartolone, la contraction de tels emprunts par des collectivités locales est « choquant » : « un département n’a pas vocation à s’endetter en francs suisses ou en dollars ! » Mais le professeur de Sciences-Po s’empresse d’ajouter que « ce ne sont pas ces emprunts qui vont mettre à terre le département ». Ce qui est le plus inquiétant, explique-t-il, c’est « l’effet ciseau » dont les collectivités sont de plus en plus victimes : « Les charges des collectivités ne cessent d’augmenter tandis que leurs recettes ne cessent de baisser. »

 

À l’annonce du Premier ministre François Fillon d’accorder 5 milliards d’euros sous forme de prêts aux collectivités, le spécialiste applaudit mais ajoute que « ça ne règle pas le problème de fond. » Problème qui risque bien d’être encore aggravé par une augmentation des dépenses (sociales notamment) dans les collectivités les plus touchées, conséquence du chômage, de la crise immobilière, du ralentissement de la croissance ou encore de la frilosité des banques à accorder désormais des prêts.

Cependant, contribuables, rassurez-vous : il affirme aussi qu’il ne vous en coûtera rien, « pour le moment ».

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu